6 NO!vembre, le bingo des violences sexuelles

Pour le sixième jour de l’opération NO!vembre, le projet Papotes lance un nouveau projet : le bingo des violences sexuelles. Un concept assez simple pour un outil multifonction à la fois support d'expression, morceau d'installation et support pédagogique. Suivez l'opération NO!vembre et le Projet Papotes en général sur Twitter et Tumblr avec le hashtag #OnEnParle.

image-bingo

Calqué sur les nombreux bingos féministes à base de répliques types, ce bingo-ci prend pour objet les agressions sexuelles. Il tente de couvrir un maximum de type d'agressions, du harcèlement au crime, sans pour autant être exhaustif : ce bingo comporte donc une case blanche que nous vous invitons à remplir.

Pourquoi ce bingo ? Notamment pour se rappeler l’aspect répétitif et varié des violences sexuelles : on a pu constater dans nombre de relais médiatiques du mouvement #metoo qu'une seule agression était retenue par victime. Beaucoup de femmes, déjà, n'en révélaient qu'une, entre autres pour coller au format et au style du mouvement ; mais aussi parce que faire une liste demande un travail d'introspection ainsi qu'un affichage public très important. Il n'est pas évident de déballer l'ensemble de ces événements, qui pourtant se caractérisent par leur répétition tout au long d'une vie, sans se sentir absolument nu.e et vulnérable. C'est ainsi que dernièrement, par exemple avec #balanceTONporc au singulier (même si on adore), on peut oublier ou minimiser le fait que, pour pas mal de monde, des “porcs”, il y en 10, 100, et sans cesse de nouveaux qui s’ajoutent à la liste.

Remplir son bingo, c’est donc d’une certaine façon faire le bilan de tous les types d’agressions qu’on a subies, de la plus minime à la plus grave, parce que toutes comptent et qu’elles comptent dans leur pluralité. C'est un support de parole autre que les témoignages longs et précis que l'on recueille d'habitude, mais qui, on l'espère, offre cet avantage de dénoncer non pas le plus grave et le plus marquant des événements, mais le phénomène régulier comme tel.

Ce bingo, anonyme si vous le souhaitez, et à remplir soit numériquement par un petit travail de retouche d'image, soit sur ce formulaire en ligne. Vous pouvez aussi prendre en photo votre format papier pour nous l'envoyer numériquement par mail ou Twitter.

Notre idée finalement, c’est de collecter un maximum de bingos - remplis - pour montrer qu’il est bien rare de ne subir toutes ces violences qu’une fois et d’une seule personne (bien que cela arrive effectivement). Ces bingos seront utilisés comme expérience statistique (assez profane, à titre d'illustration plutôt qu'à celui de matériel scientifique) sur le mois de NO!vembre, et par la suite pour des installations sur les violences sexuelles.

C’est donc un projet sur le mois, mais pas seulement : on voudrait que son usage perdure, qu’on en récupère de plus en plus au fil du temps, et surtout qu’il soit utilisé par d’autres, dans d’autres cadres (le fichier téléchargeable Bingoàdiffuser est la version que l'on utilise, avec deux bingos recto-verso par page). On pense notamment à l’aspect pédagogique pour des intervenant.e.s sur ce sujet, ou juste comme support pour en parler entre copin.e.s, comme un premier pas pour lancer la conversation dans des groupes de parole, etc… Notre bingo, c’est votre bingo : appropriez-le vous, inventez de nouveaux usages…

Pour notre bilan du mois de NO!vembre, on collecte les bingos jusqu’au dimanche 26, ce qui vous laisse 3 semaines pour en remplir et en diffuser, alors foncez ! Si vous voulez l’imprimer, le fichier est disponible au téléchargement ici :

http://bit.ly/Bingoàimprimer

http://bit.ly/Bingoàdiffuser

http://bit.ly/GrilleSeule

EDIT DU 10/11 : Pour remplir plus simplement votre bingo, vous pouvez accéder ici à un formulaire. Vous ne serez pas obligé.e de fournir votre adresse e-mail.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.