19 NO!vembre, parole sur l’inceste

En cette journée mondiale pour la prévention des abus envers les enfants, focus sur la pédophilie et l’inceste avec un extrait du témoignage de Noé. Suivez le projet Papotes et l’ensemble du NO!vembre sur Twitter et Tumblr. TW : INCESTE, PÉDOPHILIE

Les violences sexuelles perpétrées sur les enfants sont un phénomène social très important et passablement ignoré. Parmi celles-ci, l’inceste est sur-représenté. C’est pourtant un cas particulièrement sensible puisque l’inceste ne se borne pas à l’agression sexuelle sur mineur.e mais se répète, parfois s’intensifie, et surtout se conjugue à une forme de harcèlement moral et un bris de la confiance familiale qui parfois est irréparable. Sa révélation mettant à mal la vie de famille et la conservation de certains liens, il est d’autant plus complexe d’en parler en tant que victime, et de l’entendre en tant que membre de la famille, comme le montre très bien par exemple le film Festen réalisé par Thomas Vinterberg.
Selon l’enquête du CSVF de 2007, 6% des adolescentes ont subi des violences sexuelles à 14 ans. Cela concerne aussi un grand nombre de garçons. Il n’existe pas de véritables statistiques sur l’inceste à échelle nationale, ce qui complique la prise de parole des victimes. Il est nécessaire de faire de l’inceste un sujet politique, au-delà des fantasmes freudiens et de l’humour complaisant, et de mettre en place une véritable politique d’éradication de ce fléau.

En cas de besoin, vous pouvez contacter l’AIVI (Association internationale des victimes de l’inceste) ou composez le 119.

Voici un court extrait du témoignage de Noé, agressée enfant par son grand-père pendant plusieurs années, où elle évoque cet aspect si caractéristique de l’inceste (bien que pas exclusif) du rapport à la maison et la permanence du danger :

Bah là je sais pas, c'est la fin de la primaire, le début du collège voilà.

Et, ‘fin, je me sentais vachement isolée quoi… Je pouvais pas dire “Bah regardez ce qu'il me dit beh ça veut dire ça et tout”

Parce qu'en fait on avait un langage particulier tu vois, et lui pouvait l'utiliser dans le langage commun mais personne ne comprend à part nous deux. Et c'était vraiment un harcèlement tu vois…

En fait c'était quotidien parce que c'était tout le temps quoi enfin je ne sais pas comment dire.

Des fois il venait, je ne m'y attendais pas, il vient me chercher à la sortie de l'école, il me ramène chez moi, il me fait prendre mon goûter, des trucs comme ça.

Donc même dans ma maison chez mes parents, c'est un mec intrusif, tout le temps, mais c'est normal il avait de la légitimité c'était mon grand père, il passe quand il veut, il vient me faire prendre mon goûter, il m'emmène chez lui prendre le goûter, donc,

Je ne me sentais jamais chez moi nulle part ou en sécurité tu vois, genre il pouvait venir n'importe quand.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.