Quốc Anh
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2022

Quốc Anh
Abonné·e de Mediapart

Écoanxiété : décentrer son regard occidental

S'il est légitime d’avoir des inquiétudes face au changement climatique ou à l’extinction de masse de la biodiversité, il est inacceptable par contre d’invisibiliser l’histoire des populations du Sud global et de faire preuve de nombrilisme. Cet article vise à questionner la manière dont est utilisé ce concept d'écoanxiété.

Quốc Anh
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ANNA WANDA GOGUSEY

L’écoanxiété met l’Occident au centre de la narration alors que ce sont les populations du Sud global qui sont les plus touchées et moins responsables. Comme bien d’autres concepts : l’effondrement, l’anthropocène… Les émotions oui, mais pas sans analyse des dominations !

DEFINITION

L'écoanxiété (ou solastalgie), c'est un concept dont on entend de plus en plus parler dans les médias ou certains milieux écolos. Ecoanxiété = "Néologisme qui désigne l'ensemble des émotions liées au sentiment de fatalité vis-à-vis du réchauffement climatique. Ces émotions sont principalement la peur, la tristesse et la colère." Comme souligné par le GIEC, ce n'est qu'une des facettes de l'impact du changement climatique sur la santé mentale. On ne parle pourtant jamais de la santé mentale des premières victimes dans le Sud global.

DECENTRER SON REGARD : LE SUD GLOBAL EN PREMIERE LIGNE & LES PERSONNES DOMINEES EN OCCIDENT

Quelles sont les conséquences dans le Sud global, c'est à dire dans les zones les plus touchées ? L'augmentation des températures et des événements extrêmes (cyclones, sécheresses, inondations, vagues de chaleur...) qui peut causer dénutrition ou déplacement peut causer : anxiété, dépression, suicides, addictions, stress post-traumatiques...

Dans le Nord global, ce sont les populations les plus pauvres et minorisées qui seront les premières victimes : personnes pauvres, sans-papiers, racisées, minorités de genre, en situation de handicap etc.

L'OCCIDENT TOUJOURS AU CENTRE DE LA NARRATION MALGRE SON HISTOIRE GENOCIDAIRE

C’est le modèle capitaliste ultralibéral, colonial et extractiviste qui cause le changement climatique, et qui a bénéficié aux plus aisé-e-s : pourquoi vouloir toujours se mettre au centre de la narration ? Il y a de nombreux génocides, crimes contre l'Humanité ou écocides qui ont eu des conséquences qu'on pourrait assimilier à des effondrements : la colonisation (en Amérique, Afrique, en Asie ou Océanie) et l'esclavage en Afrique, les guerres et génocides associés, la Shoah...

LES DANGERS DES COURANTS D'ECOLOGIE CENTRES SUR EUX-MEMES COMME LA COLLAPSOLOGIE

La "collapsologie" a été popularisée par des auteurs comme Servigne et Stevens en 2015 ou relayée par Yves Cochet ou Agnès Sinaï. Ou encore par Jared Diamond. Toutes des personnes blanches occidentales. C'est une approche "pluridisciplinaire", qui "s'intéresse à l'effondrement possible de notre civilisation".

Les critiques sont nombreuses : une critique "scientiste" du capitalisme, son regard centré sur l'Occident, des théories qui nourrissent le mythe malthusianiste de la "surpopulation", un cadeau pour l'extrême-droite qui joue sur l'effondrement de la civilisation européenne... Un exemple de courant qui invisibilise le Sud global. Tout ça pour quels résultats ? Des écolieux de CSP+ ?

PSYCHOLOGISATION DE L'ECOLOGIE = DEVELOPPEMENT PERSONNEL ?

L’écoanxiété sans analyse des rapports sociaux, c’est du développement personnel pour les personnes blanches. Mettons la santé mentale, un vrai enjeu, au centre et des vraies politiques publiques, tout le monde y gagnera. En commençant par les plus pauvres, et en rendant accessible à tout le monde via des centres de santé communautaire et sans psychiatrisation. Pas l’écoanxiété des CSP+. Vous êtes blanc-he-s et vous souffrez d’écoanxiété ? Décentrez votre regard et servez-vous du luxe que vous avez pour ne pas avoir à survivre pour concrètement agir : en soutenant les luttes des plus minorisé-e-s, par votre temps, financièrement…

L'IMPORTANCE DES EMOTIONS POUR UN PASSAGE A L'ACTION : LA NECESSITE DU CONFLIT

Les émotions sont importantes à exprimer. Toutefois, ce ne sont jamais celles des personnes les plus touchées qui sont mises en avant. La santé mentale est un enjeu crucial, que ce soit en France ou ailleurs. Il est important d'avoir des espaces pour en parler. Seulement, l'écoanxiété entre CSP+ tend vers une écologie individuelle et libérale, qui ne cherche aucun conflit. Or l'écologie, c'est une histoire de luttes. Il faut désigner des responsables et des ennemi-e-s : ceux qui maintiennent ce capitalisme extractiviste et écocidaire.

POUR UNE DIVERSITE DES MODES D'ACTION, SANS DEVELOPPEMENT PERSONNEL

Il est certain que le changement climatique est l'une des plus grandes menaces, mais elle ne touchera pas tout le monde de manière uniforme. Comme dit Malcom Ferdinand : "Face à la tempête écologique, nous sommes tous dans le même bateau, mais pas dans les mêmes conditions."

Les organisations les plus connues lient leur manifestation de l'écoanxiété avec des pratiques de non-violence, parfois même avec des spiritualités New Age. Il faut envisager tous les modes d'actions face à ces dominations. Le développement personnel n'en est pas un (sauf pour les CSP+).

Le plus grave, ça serait de ne pas lutter. L'écologie n'est ni individuelle ni psychologique : c'est une lutte pour l'émancipation. À ce titre, il faut lutter pour toutes les autres luttes qui relèvent de la survie au quotidien et qui permettent d'améliorer les conditions matérielles d'existence.

SOURCES

Alice Desbiolles, L'écoanxiété : vivre sereinement dans un monde abîmé (pas d'accord avec elle, mais elle en parlé beaucoup)

Valérie Masson-Delmotte du GIEC : https://twitter.com/valmasdel/status/1580313349128003584

Reporterre, Crise climatique : passons de l’écoanxiété à l’écocolère

Frédéric Lordon, L'écoanxiété une merveilleuse conner*e

Malcom Ferdinand, Une écologie décoloniale

Twoinou, La collapsologie ou la critique scientiste du capitalisme

Echanges avec Juan Pablo Guttierez (Survival) et Cathy Peltier (native-américaine) à la Semaine Décoloniale

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat