Queer - Education
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2021

Projet de loi séparatisme: islamophobie d’État, danger pour la liberté d’association

Le projet de loi séparatisme figure un levier de répression majeure des musulman·es français·es et un recul majeur pour la liberté d’association. Il appelle à une mobilisation massive de la société civile et des associations.

Queer - Education
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le projet de loi dit de lutte contre les séparatismes, renommé depuis “projet de loi confortant le respect des principes de la République” est en cours d’examen au Sénat après avoir été adopté à l’Assemblée Nationale. Le texte initial constitue une institutionnalisation sans commune mesure de la stigmatisation des musulman·es et une atteinte écrasante au droit d’association en France. Dissolution des associations refusant de signer la charte de la laïcité, contrôle des cultes, restriction de l'école à domicile, obligation de neutralité pour les organismes privés qui agissent dans le cadre d'une délégation de service public constituent les mesures principales de ces attaques en règles d'une minorité religieuse. Les amendements passés au Sénat la semaine dernière viennent d’autant plus durcir ce texte : interdiction du voile pour les mineures et pour les mères accompagnatrices des sorties scolaires, du “burkini” sur les plages et dans les piscines municipales et des drapeaux étrangers durant les mariages. 

C’est dans un contexte de crispation des débats autour de la légitimité de la tenue de réunions en non-mixité que le sénateur LR Stéphane Le Rudulier a proposé un amendement dit “UNEF” permettant de dissoudre les associations qui organisent des réunions en non-mixité. Adopté dans la foulée, il vise les associations ou groupes « qui interdisent à une personne ou un groupe de personnes à raison de leur couleur, leur origine ou leur appartenance ou non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée de participer à une réunion ». C’est en tant qu’association menacée de dissolution du fait de l’organisation de réunions en non-mixité que nous nous exprimons ici. 

L’organisation de réunions ou de groupes de parole en non-mixité de genre, d’orientation sexuelle ou de race est une pratique courante dans les espaces associatifs et politiques. Ces temps constituent des formes d’autonomisation qui permettent notamment de faire émerger des paroles qui, lorsqu’elles existent dans des réunions mixtes, sont trop souvent minorisées. Ces paroles sont relatives à des expériences communes de discriminations et de violences. Elles représentent des leviers de subjectivation politique. L’existence de ces groupes relatifs au genre ou à l’orientation n’a que peu été remise en cause au plan institutionnel : il est symptomatique du climat de banalisation de discours racistes et islamophobes que ce soit la non-mixité raciale qui soit attaquée par la droite et l’extrême droite. Elle n’a rencontré que trop peu de réactions de la part de la gauche parlementaire sur l’ensemble du texte et sur cet amendement.

Interdire les réunions en non-mixité raciale revient une fois de plus à nier violemment la force du racisme et son ancrage au sein de la société et des institutions françaises. C’est aussi et surtout refuser aux personnes qui le subissent de s’organiser pour y répondre et élaborer des moyens d’auto-défense collectifs.

Il y a une urgence politique à se mobiliser massivement contre le projet de loi séparatisme qui s’acharne contre les musulmanes et musulmans français. Cette loi va constituer une force de frappe répressive inédite à leur encontre. L’heure est particulièrement grave en termes de paliers franchis dans la stigmatisation d’un groupe minoritaire en France. En restreignant massivement la liberté associative, cette loi concerne en outre le monde associatif dans son ensemble. Contre "le patriotisme républicain" brandi par E. Macron aux relents nationalistes et fascistes, ce texte est un appel à une résistance massive aux côtés des personnes musulmanes et des associations menacées de dissolution. 

Réseau d’avocat·es et de juristes assurant la défense des personnes victimes d’islamophobie : https://stopislamophobie.org/ 

Pour une analyse de la stigmatisation des musulman·es portée par ce projet de loi :  

https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/france-loi-separatisme-appel-separation-musulmans-islam 

Pour une analyse de l'amendement interdisant le foulard pour les accompagnatrices de sorties scolaires par l’association Lallab : 

http://www.lallab.org/communique-senat-lallab-denonce-les-amendements-sur-les-corps-des-femmes-musulmanes-qui-portent-le-foulard/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart