Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2014

A force de reculer, le gouvernement va finir à contre-sens !

C'est donc acté ! Le vendredi 29 août, le premier ministre Manuel Valls a définitivement entériné la mesure d'encadrement des loyers, comprise dans la loi ALUR et votée par le parlement avant le départ de Cécile Duflot du gouvernement, en la limitant à la simple agglomération parisienne. Comme le report partiel du compte de pénibilité en 2016 ou la censure du pacte de solidarité par le conseil constitutionnel, le gouvernement, pourtant adepte du compromis et du dialogue social, semble être devenu très efficace en matière de rétropédalage social. De quoi alimenter toujours un peu plus la colère des frondeurs.

Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est donc acté ! Le vendredi 29 août, le premier ministre Manuel Valls a définitivement entériné la mesure d'encadrement des loyers, comprise dans la loi ALUR et votée par le parlement avant le départ de Cécile Duflot du gouvernement, en la limitant à la simple agglomération parisienne. Comme le report partiel du compte de pénibilité en 2016 ou la censure du pacte de solidarité par le conseil constitutionnel, le gouvernement, pourtant adepte du compromis et du dialogue social, semble être devenu très efficace en matière de rétropédalage social. De quoi alimenter toujours un peu plus la colère des frondeurs.

Un parti au bord de l'implosion, une majorité décimée et une université d'été rocheletaise sous haute tension ... et si au final le gouvernement ne méritait que ça ? Car à force de faire marche-arrière, on finit à contre-sens ! A contre sens justement, le gouvernement l'est déjà aux yeux d'un collectif de députés socialistes qui viennent de publier une nouvelle tribune. Après "l'appel des 100", le manifeste "Vive la gauche" fait une nouvelle fois part de l'interrogation d'une partie de la majorité sur l'efficacité de la politique économique du gouvernement, qui a déjà fait fuir Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Philipetti. 

Pourtant, l'exécutif semble être l'as du compromis et du dialogue social : une augmentation de la durée de cotisation en échange de la création d'un compte de pénibilité pour les salariés exposés à différents facteurs à risques, voilà comment à peu près satisfaire à la fois le MEDEF et la CFDT sur un même projet de loi. Idem lorsque l'on mixe pacte de responsabilité et de solidarité, mélangeant baisse des charges salariales et patronales pour à la fois libérer du pouvoir d'achat pour les salariés les plus précaires et diminuer le coût du travail pour rendre les entreprises plus compétitives. Enfin, promettre une garantie universelle des loyers et surtout un encadrement de ces mêmes loyers par l'instauration d'observatoires des loyers partout sur le territoire.

Le problème majeur, c'est que lorsque le gouvernement ne se fait pas torpiller son compromis par le conseil constitutionnel, comme pour le pacte de responsabilité, il dématérialise lui-même son texte, par exemple en reportant la prise en compte de 60% des facteurs de pénibilité à 2016 plutôt qu'au premier janvier 2015 ou en restreignant l'encadrement des loyers à l'agglomération parisienne. Voilà comment entraîner la colère des frondeurs, la lassitude des syndicats et augmenter un peu plus l'appétit d'un patronat qui pense désormais être en position de force et qui ne comprendrait plus une énième reculade. A vouloir trop en faire, on finit peut-être par satisfaire personne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel

La sélection du Club

Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin