Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 janv. 2015

Le FN doit-il participer à la marche républicaine ?

Le débat sur la participation, ou non, du Front National à la marche républicaine de dimanche, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, est bien parti pour agiter la sphère politique jusqu'au départ même de ce rassemblement, dimanche, place de la République. D'un côté, le concept même d'union nationale stipule de n'exclure personne, quelle que soit ses origines ou sa couleur politique. Cependant, comme le souligne très justement Carlos Da Silva, porte-parole du PS, « le FN est l'antithèse même de ce que représente Charlie Hebdo » et inviter le parti d'extrême-droite serait l'aider dans sa stratégie de normalisation et de dédiabolisation.

Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le débat sur la participation, ou non, du Front National à la marche républicaine de dimanche, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, est bien parti pour agiter la sphère politique jusqu'au départ même de ce rassemblement, dimanche, place de la République. D'un côté, le concept même d'union nationale stipule de n'exclure personne, quelle que soit ses origines ou sa couleur politique. Cependant, comme le souligne très justement Carlos Da Silva, porte-parole du PS, « le FN est l'antithèse même de ce que représente Charlie Hebdo » et inviter le parti d'extrême-droite serait l'aider dans sa stratégie de normalisation et de dédiabolisation.

 L'UMP a tranché : à l’unanimité, les membres du bureau politique de la formation politique de droite se sont prononcés contre une exclusion de la formation lepeniste du rassemblement républicain de dimanche. Leurs arguments : l'union nationale, union sacrée qui ne doit exclure personne. Et il n'est pas faux que le fait d'exclure la formation frontiste donnera encore du grain à moudre à sa présidente dans sa stratégie de victimisation : rejet, exclusion de la part de l' «UMPS » et autres rhétoriques déjà maintes fois entendues. 

Cependant, ce rassemblement, avant de prôner l'union nationale, est avant tout un rassemblement républicain, apolitique et en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. Or, comme le souligne très justement Carlos Da Silva, porte-parole socialiste, l'incompatibilité entre le titre de presse, caractérisé par des valeurs de gauche, très attaché à la laïcité et à la liberté, et digne héritier des manifestations de mai 68, et le parti frontiste, souverainiste et conservateur, est totale. Pour preuves, la pétition lancée par Charlie Hebdo en 1996 pour interdire le parti d’extrême droite ou, plus récemment encore, certaines couvertures de l’hebdomadaire satirique pendant la campagne de 2012 et notamment celle accompagnée du titre «Marine Le Pen, la candidate qui vous ressemble ».

De plus, convier le Front National à une marche républicaine reviendrait à participer implicitement à la stratégie de Marine Le Pen, qui, depuis 2012, cherche à crédibiliser son parti en terme de valeurs, à le dédiaboliser et le normaliser.

En conclusion, vaste débat que cette participation,ou non, du Front National au rassemblement de dimanche. Certes, l'unité nationale préconise de n'exclure personne, mais, pour apporter un élément de réponse, le FN n'a pas sa place dans cette manifestation. Cible privilégiée de Charlie Hebdo depuis de longues années, en contradiction totale avec les valeurs de l'hebdomadaire satirique, Marine Le Pen ferait mieux de se rappeler qu'il s'agit d'une manifestation républicaine et apolitique plutôt que de s'imposer en victime. N'oublions pas qu'elle a été la première à récupérer cet événement à sa cause en prônant dès jeudi matin sur l'antenne de France 2 un référendum pour la peine de mort. Quand aux militants FN, comme l'a déclaré François Hollande, « tous les citoyens peuvent venir », à condition d'être un minimum en adéquation avec les valeurs de Charlie Hebdo, cela paraît évident.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN