Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 août 2014

Politique économique : l'échec absolu

Déflation, croissance, réduction des déficits publics : les mauvaises nouvelles tombent les unes après les autres. La solution miracle martelée par le gouvernement depuis des mois semblait être le pacte de responsabilité, dont le volet social a été censuré par le conseil constitutionnel. Malgré tout cela, le gouvernement s'entête et Manuel Valls déclare aujourd'hui au Journal du Dimanche qu'il est hors de question de changer de politique économique, qualifiant même les frondeurs de gauche d'irresponsables. Mais une question demeure : où est passé le candidat Hollande ?

Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déflation, croissance, réduction des déficits publics : les mauvaises nouvelles tombent les unes après les autres. La solution miracle martelée par le gouvernement depuis des mois semblait être le pacte de responsabilité, dont le volet social a été censuré par le conseil constitutionnel. Malgré tout cela, le gouvernement s'entête et Manuel Valls déclare aujourd'hui au Journal du Dimanche qu'il est hors de question de changer de politique économique, qualifiant même les frondeurs de gauche d'irresponsables. Mais une question demeure : où est passé le candidat Hollande ?

Il semblerait que François Hollande n'est jamais trouvé la porte de sortie du Bourget, ce 22 janvier 2012. Le candidat socialiste venait alors de faire un discours enflammé, s'attachant à lutter contre la finance sans foi ni loi, et semblait prêt à prendre tête à Angela Merkel et consorts pour renégocier le traité de stabilité européen, en y rajoutant une dose de croissance et d'emploi.

François Hollande est entre temps devenu président, et la version 2014 de l'ancien candidat socialiste doit lutter contre une spirale déflationniste et relever une France qui s'enlise dans une croissance atone et un chômage de masse. Sa solution, François Hollande l'a sorti de son chapeau le 31 décembre 2103 : il s'agit du pacte de responsabilité. Une baisse du coût du travail en échange de plus d'emploi et d'investissement, les désormais fameuses contreparties. Mais avec la censure du volet social de ce pacte (allègement des cotisations salariales pour les salaires allant de 1 à 1.3 SMIC) par le conseil constitutionnel, la solution miracle est en train de devenir une véritable épine dans le pied du président, du premier ministre et de son gouvernement.

Alors oui, comme Michel Sapin l'a récemment fait dans une tribune publiée par le journal Le Monde, il est temps de prendre un peu  de recul et de lucidité : la situation économique française est très alarmante, entre un risque de spirale déflationniste, une croissance en stagnation depuis plusieurs mois, et un chômage qui bat chaque mois de nouveaux records. Mais ce serait mentir que de dire que François Hollande n'a pas été averti. Tout d'abord, par les grandes institutions, FMI en tête, qui ont fait machine arrière sur le rythme de réduction des déficits à adopter. Mais également par son propre camp, certains frondeurs de gauche n'hésitant même pas à ne pas voter les projets de lois de finance rectificatives (budget et sécurité sociale) en juillet. A Jérôme Guedj, Marie-Noëlle Lienemann et Emmanuel Maurel, qui réclamaient la suspension immédiate du pacte de responsabilité, Manuel Valls a répondu aujourd'hui en taxant ce comportement d'inconscience.  Complice de son premier ministre, le président s'entête donc dans une stratégie de baisse des charges des entreprises et oui, il s'agit bien de François Hollande, le candidat socialiste, celui-là même qui avait prononcé le discours du Bourget.

Manuel Valls répète (encore une fois) aujourd'hui, que les 41 millions de baisse du coût du travail vont véritablement entrer en oeuvre maintenant. Il est permis d'en douter, lorsque le ministère du budget affirmait lui-même fin juin à demi mots le contraire. Un pacte de responsabilité ? Pourquoi pas ! Mais avec des vraies contreparties, chiffrées,et un observatoire efficient dans une stratégie gagnant-gagnant. Avec également un volet social capable de passer la censure du conseil constitutionnel pour un principe aussi simple que l'égalité. L'économie française a besoin de l'investissement des entreprises et de la consommation des ménages. Les entreprises doivent restaurer leurs marges, devenir plus compétitive : la classe politique est unanime là-dessus !

Mais une question bien plus alarmante perdure : existe-t-il, en France, une alternative crédible ? Laissons de coté l'affaire Bygmalion et l'éventuel retour de Nicolas Sarkozy pour s'intéresser au programme économique de l'UMP. Et, sur-ce, toujours dans la même interview, Manuel Valls n'a pas totalement tort lorsqu'il déclare que l'opposition en réclame toujours plus. Plus d'économies, plus d'austérité ? Il est tout à fait logique de se demander si cela est bien raisonnable. Quand aux programmes économiques des extrêmes, de droite comme de gauche, ils relèvent de la gageure.

Alors, il y a-t-il une sortie de crise envisageable ? Oui, bien sûr, cela passe par une coopération européenne renforcée dont tout le monde a besoin : la preuve, même la locomotive allemande semble s'être momentanément arrêtée au deuxième trimestre, une vraie politique économique contra-cyclique keynésienne et un rôle prépondérant des institutions, BCE en tête. Mais cela prendra du temps et se fera sur le long terme, presque un gros mot en politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés