L'Humanité à la fête ?

PC, que faire ?...

 

Quand on est de gauche et pas d'ailleurs, qu'on a des convictions de gauche et pas seulement une sensibilité de "gauche", la sensation qu'autre chose à vivre ensemble est possible, pour tous les humains de la planète, vibre de manière unique à la "Fête de l'Humanité"... d'où le nom...

Cette sensation est une certitude quand on est de gauche et pas d'ailleurs.

Le ressenti, la sensation, réfère à la sensibilité... la certitude à l'intellect.

Pour que "çà" marche il est indispensable que les deux fusionnent... la sensibilité ne suffit pas... et une certitude doit être fondée.

Il est plus que temps que le PC admette, comprenne et s'adapte... le "consommariat" a succédé au prolétariat... le marxisme demeure copernicien... l'explication du monde réside uniquement dans l'exploitation du facteur travail... elle a changé... de cheval... le "reste" a suivi... il n'y a pas d'autre alternative possible que d'actualiser Marx.

C'est uniquement sur cette base "actualisée" qu'une union de la gauche est possible, un patchwork étiqueté ne peut pas faire l'affaire... le PC est le mieux placé idéologiquement pour procéder.

Ce n'est pas une sébile qu'il faut tendre, ce sont les griffes et les crocs qu'il faut sortir... il ne faut pas craindre de ne pas aimer l'entreprise "sans usines"... "ils" partiront... mais "ils" reviendront... "ils" ont besoin de "nous"... tellement, mais encore faudrait-il expliquer pourquoi... et comment une union de la gauche ne peut que servir à inventer le "reste".

Le PC sortira nécessairement de sa "ringardise" mais pas tant qu'il ne produira pas les éléments d'une réflexion d'avant-garde, pas tant qu'il demeurera replié sur des positions historiques... figées.

On a envie de dire : Camarades, comprenez-le : le monde est changé et rien n'a changé... surtout pas Marx...

Au PC, Marx c'est encore davantage Nostradamus... que Copernic + Galilée...

L'avenir de l'occident... c'est le consumérisme sur un marché vassalisé... il est temps de l'admettre et de s'adapter...

Aucun programme politique n'intégrant pas le subventionnement de la demande afin de lui restituer une réelle solvabilité pérenne ne permettra de désamorcer la spirale du crédit hors sol monétarisé... et d'enrayer la catastrophe, soi disant "financière", annoncée.

Seul un subventionnement de la demande consumériste par un prélèvement sur la marge capitaliste, "reversée" intégralement et avec une garantie constitutionnelle aux ex-travailleurs et actuels consommateurs est de nature à faire solution.

Le PC, au moins lui, parce qu'il est le mieux placé pour le comprendre, doit considérer la réalité économique, nouvelle, du capitalisme occidental et en tirer les évidentes conséquences.

Le capitalisme occidental a muté depuis le début du 21ème siècle : il exploite le facteur travail chinois, plus le facteur travail occidental, là est la cause, unique, de la désertification industrielle et de la casse sociale attachée.

Les miettes de la rémunération du facteur travail occidental ne sont ni plus nécessaires, ni plus distribuées... en occident.

Le combat principal ne porte plus sur la justice sociale et l'égalité mais sur la paupérisation.

La possibilité d'une victoire d'une véritable union de la gauche est loin d'être une vue de l'esprit... elle passe par une implication limitée, il faut faire court, simple et... opérationnel... aujourd'hui il y a une urgence... en occident nous sombrons dans le populisme démagogique faute d'idéologie construite.

Le PC peut, doit surtout, porter un véritable programme de gauche, sa base idéologique l'y autorise.

Un vrai programme d'union de la gauche... court, "taiseux", porté par un leader de gauche (neuf si possible) ça pourrait/devrait ressembler à çà :

De véritables engagements contractuels assortis d'un calendrier en 3 points : réforme de la fiscalité (taxation de l'EBE des "entreprises sans usines" et réforme de la récupération de la TVA, avec "reversement intégral garanti") pour assurer un budget pérenne et compenser l'exploitation du facteur travail... chinois... pour casser la spirale du crédit toxique, nouvelle constitution pour restituer une légitimité populaire aux institutions républicaines, instaurer de réelles garanties citoyennes en matière de vie sociale... de revenu disponible... principalement…

Le "reste"... il sera toujours temps de s'en occuper... après...

Ça devrait suffire... même au capitalisme occidental vassalisé...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.