QUIDAM LAMBDA
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2022

BREAKING NEW : IL SE BARRE EN LAISSANT L'ADDITION !

QUIDAM LAMBDA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour la seconde fois (*), la dernière espérons-le, il a frappé fort, très fort.

Faire le trottoir à droite est une réussite absolue… pour le RN :

(+ 9 points aux présidentielles, 89 députés au parlement (8… avant) difficile de faire plus fort…)

Tenaillé, peut être, par le remord… le bricolage nupes (l'union de façade) explose sitôt le verdict connu…

FI, formation non pas "gazeuse" mais bien purement foireuse, a glissé sur un jaune gilet, sans aucun état d'âme et en parfaite cohérence avec le cœur de cible des gilets jaunes des fachos de la Marine, à force de beugler en chœur "Macron démission !" ensemble, tous ensemble c'est le grand ressemblement national qui a… gagné.

Il nous aura pourri la vie pendant au moins 10 ans… ferme.

Il est impensable de laisser une quelconque chance à la postérité du plus grand et aussi du pire "polititocard" manipulateur de l'histoire de la 5ème République.

Celui dont "[TSIPRAS] avance avoir découvert que le leader de La France insoumise n’avait pas « véritablement envie de gouverner. Je me suis rendu compte qu'il ne saurait pas très bien quoi faire en cas de victoire. Ce n'est pas une position de gauche.»

Celui qui depuis sa sortie du PS a bouffé à absolument tous les râteliers,

Celui qui nous l'a joué révolutionnaire d'opérette, puis amoureux du PC, puis re-PS, puis collabo objectif de Marine, puis…,

Celui qui affirme vouloir changer le monde en s'estimant satisfait de n'être qu'un Sisyphe heureux,

Celui qui se prend pour un mixte faisandé et puant de Jaurès/Hugo/Zola, le Chavez de l'Estaque,

Celui qui enfin va pouvoir "foutre le bordel" pour rien d'autre que la satisfaction de son ego déglingué,

Celui qui, gauchiste autoproclamé, porte, seul, la responsabilité du désastre politique et social annoncé,

Celui-la est démasqué, confondu… il n'est pas de "gauche" il n'est pas de gauche… il n'existe pas politiquement.

(*) parce que, déjà… en 2017…

HAMON 6,36 + MÉLENCHON 19,58 = 25.94... MACRON 24.01 LE PEN 21,30 Au 1er tour / MACRON 66,10% LE PEN 33,90% Au 2ème tour…

CQFD… MACRON = CADEAU MÉLENCHON les chiffres ont parlé lors de la dernière présidentielle de 2017... c'est IN-DIS-CU-TA-BLE même indépendamment de toute dynamique d'union...

Quand on pense qu’arithmétiquement il lui aurait suffit de la jouer à la Henri IV pour faire triompher une union de la gauche en lieu et place de croire possible la promotion de son ego... il devient difficile de le considérer comme fréquentable, ce polititocard imbu... et ça... c'est l'histoire... telle qu'elle est, qui nous le dit... à tous...

"En 2017, Jean-Luc Mélenchon réussit la plus grosse surprise du premier tour de l’élection présidentielle : 7 millions d’électeurs rassemblés, un score très honorable de 19,58 % et un second tour qui lui passe sous le nez à 600 000 voix près."

Il n'est pas possible de lire çà sans réagir…

En 2017, le social traître Jean-Luc Mélenchon, après sa trahison éhontée du Front de gauche tente d'imposer à la France ses fantasmes risibles de pseudo révolutionnaire socialiste mais et surtout ses propres ambitions séniles. Retour vers le futur...

Les deux seules conséquences remarquables de ce comportement d'une crétinerie cosmique ont été d'avoir :

- imposé à la France un ectoplasme politique dénué de toutes convictions, un proto-président préfabriqué par l'entre-soi du Medef et de l'Ena : Emmanuel Macron,

- positionné Marine Le Pen en seule alternative crédible et de conduire 33,90%, soit plus d'un français veautants sur 3, à soutenir une idéologie ouvertement fasciste.

Le plus inconcevable, le plus consternant demeure que l'ex-sénateur socialiste mitterrandien, sa défaite à peine tiédie, ait pu draguer Hamon, dont les positions lui semblaient si tellement inconciliables AVANT les présidentielles qu'il est allé jusqu'à lui proposer le mariage immédiatement APRÈS.

Fort heureusement, Hamon en jetant, comme une m…. éprisable erreur de casting le social-traître Mélenchon, a sauvé ce qui pouvait rester d'honneur à la gauche socialiste investie tandis que la vermine socialiste "pragmatique" épousait l'imposture macronienne.

Mélenchon est et a été le plus grand piège à cons de l'histoire de la gauche… et il en sera le plus dangereux et de très très loin le plus irresponsable, le plus suicidaire.

Mélenchon, uniquement à cause de sa patho(s)logie, a purement et simplement spolié la France d'un positionnement politique historique de la gauche. 

Il faut que Mélenchon assume, et ce qui reste de ses soutiens aussi : ce type a été et demeure une catastrophe politique pour la France de gauche.

Réécrire l'histoire contre la vérité est parfaitement dégueulasse.

Aucun doute : Mélenchon est bien un social traître archétypal ET atypique aussi...

Hamon, après son refus net et clair d'une alliance avec FI... se trouve véritablement à gauche... Il l'a littéralement envoyé sur… les roses… Coucou 1er ne sachant plus trop qui draguer à traversé la rue... pour faire le trottoir... à droite.

Aucun doute : Mélenchon est bien trop entamé par sa patho(s)logie dévorante pour avoir une stratégie crédible et une quelconque chance de remporter quoi que soit face à Le Pen...

Personne n'en veut de cette girouette... qui en fantasmant une éviction de Macron au 1er tour... espère battre Le Pen... et y croit... c'est pour cela au son concertant des fachos de la Marine et des simplets collabos de la conosphère que gilets jaunes comme jaunes gilets aboient en chœur... "Macron démission !..."

L'analyse des rapports de forces ce n'est décidément pas son truc... l’arithmétique non plus d'ailleurs... çà, c'est démontré... Le capitaine ad hoc prend l'eau... et c'est une bonne chose...

SOUTENIR MÉLENCHON, C'EST VEAUTER LE PEN...

Voici pourquoi...

Un populisme peut en cacher un autre... l'irresponsabilité des insoumis comme la lune en est la seule cause... et les conséquences de leur inconséquence, ils ne sont tout simplement pas en capacité de les mesurer... on est très loin du cortex cérébral.

FI "by Mélenchon" est avant toute chose un troupeau de simplets gogochiste prompt à avaler n'importe quelle couleuvre parce que manipulé par un social-traître invétéré, un socialiste "à l'ancienne" dont l'éviction est un préalable obligé à tout rapprochement éventuel.

FI "by Mélenchon" est un mouvement dénué de conviction profonde, ancrée, et de conscience politique de gauche, certes mais cette secte de cocus contents représente une large partie de ce qu'est, hélas !... le potentiel de "gauche" aujourd'hui... ses "forces vives"... hélas !... son avenir... hélas !...

Trois fois hélas !... donc, mais la gauche n'a pas d'autre choix...

Le seul leader, pas un quelconque estafier à son pépère genre Corbière, capable de rassembler au delà de la désespérante conosphère c'est Ruffin, ne serait-ce que parce qu'il marque la distance entre populaire et populiste... et que, sous bénéfice d'inventaire, il peut être regardé comme étant de gauche... ce qui est définitivement interdit à Mélenchon et à ses sbires pour cause d'adhésion à une stratégie aussi pourrie que désespérée...

Un "duel", pourtant suicidaire, avec Le Pen c'est manifestement le cœur de la "stratégie" du polititocard : sinon, pourquoi faire éructer "Macron démission" à ses simplets demeurés au côté des fachos de la Marine, si ce n'est pour tenter de l'affaiblir au point de le sortir dès le 1er tour ?...

Ce que néglige ce loser définitif c'est que... ni à droite (pas besoin...) ni à "gauche" (les socs ont choisi... le confort de la collaboration syncrétique) ni à gauche (malgré la position, elle nette et claire, de Gs et les malencontreux efforts électoralistes du PC... dont on attendait de sa nouvelle direction autre chose... que des tentatives intégrationnistes...) personne n'en veut… Personne de gauche, aucun militant ou sympathisant ne soutiendra Mélenchon... et ce qu'elles que puissent être les consignes de vote...

Mélenchon, mis à part ses affidés névrosés, c'est TOUTE LA FRANCE qui n'en veut pas... il est de moins en moins en capacité de mobiliser... où que ce soit... de ce point de vue force est de reconnaître qu'il aura clairement tout essayé !...

Aucun doute n'est permis à ce sujet, c'est Le Pen... en cas de duel second tour avec Mélenchon... qui, comme pour Macron, sert la "victoire" des urnes sur un plateau...

C'est très précisément pourquoi je persiste à dire que le seul mot d'ordre cohérent de la gauche responsable aujourd'hui c'est : "TOUT !... SAUF MÉLENCHON..."

Mélenchon est l'idiot utile de Le Pen, son allié objectif, les deux hyènes populistes ont le même intérêt : sortir Macron au premier tour...

Le Pen SAIT que c'est la condition de sa victoire... détruit par sa patho(s)logie de mégalo déjanté et l'urgence de ses ambitions séniles, Mélenchon CROIT la sienne possible.

Mélenchon est et demeure l’obstacle numéro 1 à une union de la gauche en France aujourd'hui...

Mélenchon véritable piège à cons en raison de sa stratégie lamentable est clairement devenu un ennemi de la république et de la démocratie, c'est pourquoi le soutenir... c'est déjà veauter Le Pen...

Il est plus que temps que les militants de FI les moins décérébrés réfléchissent individuellement à cette réalité... historique et en tirent les conclusions... si possible avant que l'irresponsabilité collective de simplets manipulés nous précipite dans le néo fascisme institutionnel... d'avance merci !...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre