quitterie de villepin

innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.

Paris - France

Sa biographie
Il y a 20 ans, j'ai cherché du sens à mon travail en étant coordinatrice d'une petite asso, Déclic Solidarité qui faisait des campagnes communication en milieu étudiant pour des ONG comme Greenpeace, les Amis de la Terre, Max Havelaar, etc. Ce sont ces personnes engagées qui m'ont appris ce que je n'avais pas appris à l'école : l'état des ressources de notre planète, l'état droits des travailleurs au Nord comme au Sud, notamment acteurs dans la chaîne de production de nos biens de consommation. C'est en côtoyant ces professionnell.e.s et militant.e.s des droits sociaux et environnementaux, que j'ai eu envie de m'engager en politique mue par de la colère vis à vis des personnalités politiques de l'époque et leurs politiques publiques, et le choc post 2002. Je n'ai pas choisi de rejoindre ces associatifs là où ils étaient : gauche, extrême gauche, anarchisme, verts pour des questions de loyautés, je pensais unir les mondes, que les lanceurs d'alerte sur l'environnement et la dignité des humains nourrissent ceux qui entreprennent. Bref. J'ai pris ma carte à l'UDF en 2003 où il n'y avait plus personne après la création de l'UMP. Donc plutôt ouvert aux idées nouvelles et au sang neuf. Tout est donc allé très vite. J'ai amené dans mes bagages les thématiques et pratiques que je défendais. En tant que militante, puis embauchée en 2005 pendant 3 ans par le parti, dont l'équipe de campagne présidentielle de Bayrou, j'ai fini par quitter le MODEM en fin 2008 après un parcours enthousiasmant au départ, hyper violent au global sur les 6 ans, comme pour tant de militant.e.s qui quittent les partis en mauvais état, en refusant une tête de liste aux européennes. Plusieurs années plus tard, et c'est encore en cours, je me mobiliserai, en juin 2017 sur l'affaire des présumés détournements de fonds publics des assistants parlementaires du MODEM, en me présentant aux autorités judiciaires, l'OCLCIFF, pour aider à ma petite mesure à ce que la justice établisse les faits qui me semblent plausibles car, malgré les dénégations de François Bayrou, j'étais l'une de ces petites mains qui travaillait pour le parti et mon emploi était financé par des parlementaires européens. S'il y a effectivement un problème de financement de la démocratie en France, ça n'est pas en mettant sous le tapis les usages problématiques et potentiellement délictueux qu'on y remédiera. Ces pratiques, qui ont été l'usage et sont encore courantes, créent un préjudice important pour les citoyens, les contribuables, pour la fabrique de la loi et la longévité de la carrière politique de certain.e.s sur deniers publics. De 2014 à 2017, j'ai contribué à une expérimentation démocratique passionnante qui s'appelait #MAVOIX, sur les législatives de 2017 qui testait un certain nombre d'ingrédients nouveaux dans le champ politique électoral : horizontalité, coopération, formation pair à pair, tirage au sort, non personnification médiatique, démocratie continue, nous y avons toutes et tous beaucoup appris. C'est ainsi que je me suis spécialisée sur les innovations civiques et démocratiques que j'enseigne pour la 4ème année en Master de communication politique dans une école supérieure privée, après avoir été vacataire à Paris XII pendant 4 années en espace public et internet et maîtrise d'ouvrage de projet internet, en plus de mon activité de conseils à des acteurs à plus value sociales et environnementales. Je travaille aujourd'hui autour des moyens à mettre en œuvre pour aider les forces progressistes à faire émerger une génération nouvelle d'activistes dans le champ politique qui porte les combats à la fois de justice climatique, justice sociale, et de démocratie inclusive au coeur des institutions. Quelques liens où certains ont essayé de comprendre les sentiers que j'ai empruntés ces dernières années, avec de vieux billets : http://tcrouzet.com/2009/05/24/quitterie-delmas-story/ http://arhv.lhivic.org/index.php/2009/02/08/936-je-ne-veux-pas-du-grand-soir C'est vraiment très long mais ça explique le pourquoi du comment de mon départ de la vie politique partisane. Ici c'est plus sur mes engagements citoyens via la consommation : http://www.meltingbook.com/ads/quitterie-de-villepin-militante-pour-un-monde-plus-juste/ Sur la mode qui tue en particulier (#NeverForgetRanaPlazza : http://alternatives.blog.lemonde.fr/2015/04/23/fashion-revolution-mode-le-diable-ne-shabille-pas-quen-prada/) Un billet sur l'expérience co-construite par de nombreu-ses-x citoyen-ne-s à laquelle je participe ces derniers mois qui s'appelle #MaVoix : http://jcfrog.com/blog/mavoix-dou-vient-ce-nouveau-collectif-qui-veut-hacker-lassemblee-nationale-en-2017/
Son blog
115 abonnés Le blog de quitterie de villepin

Portfolios