Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2020

Rubirola n'est plus là !

La mascarade marseillaise vient de se terminer. Michèle Rubirola, qui n'a jamais été là contrairement à ce qu'affirme le slogan populiste de son affiche de campagne -"Rubirola est là !"- démissionne pour laisser la place chaude à Benoît Payan, le candidat initial du Printemps Marseillais -une sorte d'habillage « citoyen » du PS.

Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Benoît Payan et Michèle Rubirolla. DR © D.R

La mascarade marseillaise vient de se terminer. Michèle Rubirola, qui n'a jamais été là contrairement à ce qu'affirmait le slogan populiste de son affiche de campagne -"Rubirola est là !"- démissionne pour laisser la place chaude à Benoit Payan, le candidat initial du Printemps Marseillais -une sorte d'habillage « citoyen » du PS. Du moins, elle propose une permutation des rôles... histoire de mieux faire avaler la couleuvre aux électeurs qui ont voté pour elle, l'écolo BC-BG, et pas pour le PS.

Médecin de profession, Mme Rubirola se savait pourtant malade et a toujours été réticente à devenir maire. Alors pourquoi avoir accepté de conduire la liste du Printemps Marseillais malgré le fait qu'elle savait parfaitement qu'elle ne pouvait pas assumer cette lourde charge ? D'ailleurs, elle le disait en pointillé en public et ne le cachait pas à ses proches. "Dans trois mois je ne serai plus là", leur confiait-elle.Pourquoi aussi vouloir occuper le rôle de premier adjoint puisqu'elle invoque des raisons médicales pour justifier son retrait ? A Marseille, le sens de la responsabilité politique semble très volatile.

Le fait est que Michèle Rubirola semble avoir  servi de marche-pied à Benoit Payan, le candidat initial du PM issu du PS, très clivant, et dont les mauvaises langues disent qu'il a les dents qui rayent le parquet. Aujourd'hui, elle se maintient à la mairie pour sauver les apparences au lieu de se retirer, comme l'exigerait son état de santé. Rien d'étonnant à cela. Michèle Rubirola et Benoit Payan entretiennent une complicité amicale depuis plusieurs années. Aux élections cantonales de 2015, ils formaient déjà un binôme.

Ce tour de passe-passe -concrètement une inversion des fonctions- est probablement aussi destiné à éviter la zizanie au sein de la courte majorité où les grincements de dents se font déjà entendre depuis un moment.

Nombre de marseillais se sentent certainement aujourd'hui trahis, avec le goût amer d'avoir été enfumés lors des élections municipales... tandis que Benoît Payan, en politicien manoeuvrier ayant enfilé les habits de maire avant l'heure, se voit conforter dans son ascension !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc