Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Egypte : les défenseurs des droits humains persécutés

En Égypte, la répression des défenseurs des droits humains tourne à l’obsession. Dernière victime en date, Hossam Bahgat, 42 ans, fondateur et directeur exécutif de l’Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR), une ONG créée en 2013, connue notamment pour la défense des homosexuels.

Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 7 septembre 2021, Hossam Bahgat comparaissait devant la cour criminelle du Caire pour « outrage » envers les autorités électorales et « propagation de fausses rumeurs », deux délits encourant des peines d’amende et de prison. L’audience a été finalement reportée au 2 novembre prochain, officiellement pour permettre au tribunal « d’examiner des documents ». L’objet du délit : un message diffusé via ses comptes personnels sur Tweeter et Facebook dénonçant la fraude aux élections législatives de 2020 qui ont donné une écrasante victoire des partisans du président Al-Sissi.

Comme d’autres défenseurs des droits humains de premier plan, Hossam Bahgat est dans la ligne de mire de la police politique depuis plusieurs années. A l’époque, l’arrestation de plusieurs membres de l’EIPR puis son inculpation, en juillet dernier, avaient provoqué un tollé des ONG internationale, du secrétaire-général de l’ONU. Et même du département d’Etat américain qui a estimé que M. Bahgat ne devait pas être « pris pour cible pour avoir pacifiquement exprimé son opinion » Les États-Unis ont, dans la foulée, mis en garde l'Égypte contre le fait de prendre pour cible des militants des droits humains et indiqué que cela serait pris en compte lors de tractations en vue de ventes d'armes entre les deux pays alliés.

Poursuivi déjà dans une autre affaire, Hossam Bahgat est interdit de voyager et ses avoirs bancaires ont été gelés. Des sanctions systématiques qui permettent aux autorités égyptiennes de faire disparaître les militants des droits humains de la circulation, à défaut de pouvoir les faire disparaître physiquement pour ne pas encourir de représailles. En mars 2021, 31 pays avaient exhorté le régime égyptien à cesser d’utiliser sa législation antiterroriste pour museler l’opinion et maintenir indéfiniment ses opposants en détention préventive. L’Égypte compte déjà plus de 60 000 détenus d’opinion dont Patrick Zaki, chercheur sur les questions de genre travaillant pour l’EIPR, détenu depuis début 2020 lorsqu’il avait été arrêté pour « terrorisme » à son retour d’Italie où il étudiait.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP