Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Les salafistes d'Ennour à la botte d’Al-Sissi

Depuis son accession au pouvoir, Al-Sissi mène une répression féroce contre les Frères Musulmans (FM) qu’il accuse de tous les maux. Mais qu’en est-t-il des Salafistes du Parti Ennour*, un courant politique d’extrême droite au regard duquel les FM font pâle figure ? Pour eux, rien à craindre !

Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis la destitution brutale de feu le président Mohamed Morsi, ce parti populiste fait preuve d’un appui indéfectible au maréchal Al-Sissi, soutenant successivement,  en 2014 puis en 2018, la candidature de ce dernier aux élections présidentielles.

Le pouvoir égyptien est souvent perçu par ses alliés occidentaux, notamment la diplomatie française, comme un rempart contre l’idéologie islamiste dans la mesure où le maréchal Sissi, en prenant le pouvoir en 2013, a pourchassé et enfermé les Frères Musulmans qui lors du printemps arabe, avaient réussi à faire élire un des leurs à la Présidence. La réalité, la voici:  le dictateur égyptien qui a adopté une posture hostile à l’islam politique, défend dans les faits, via ses alliés salafistes et grâce à une police omniprésente, les valeurs les plus rétrogrades, qu’il s’agisse du maintien de la peine de mort, de la situation des femmes ou des droits des homosexuels. Un partage des taches s’est opéré entre le Président égyptien et le courant salafiste. Au premier, adossé à l’armée, le pouvoir régalien; aux seconds, bien implantés dans les mosquées, les clés de la vie sociale qui dans l’Égypte actuelle, est soumise aux valeurs coraniques les plus conservatrices.

L’opportunisme des dirigeants d’Ennour ne date pas d’hier. Alors qu’il était partie prenante du premier gouvernement de coalition constitué sous la présidence Morsi et s’étaient alliés aux Frères Musulmans pour défendre « l’identité islamique » de l’Egypte lors des discutions houleuses, fin 2012, autour de la nouvelle constitution, ils firent volte-face. Début 2013, ils s’étaient en effet rapprochés des libéraux du Front de Salut National, reprenant à leur compte les accusations d’ « hégémonisme » et de « frérisation de l’État ».

Dès lors, pas étonnant qu’on les retrouve positionnés pour réclamer la démission du président Morsi. Et ce, une semaine avant la manifestation orchestrée du 30 juin 2013 annonciatrice du coup d’état militaire. Dès le lendemain du coup de force, Ennour se joignait aux partis d’opposition pour le tour de table organisé par le Conseil suprême des forces armées en vue de la composition d’un gouvernement par intérim. Son président, Yunis Makhyun, figurait même aux côté du pape copte, du cheikh d’Al-Azhar et de Mohamed Al-Baradey -chef de file du Front de Salut National- pour servir de caution civile lors de l’annonce par le maréchal Al-Sissi de la destitution de Morsi.

Mais finalement, les représentants du parti salafiste claquèrent la porte à cause de la probable nomination de Mohamed Al-Baradei, considéré par eux comme la figure de proue du camp laïc. Ennour avait ensuite dénoncé, devant le siège de la garde-républicaine au Caire, les massacres des partisans du président déchu, survenus du 3 au 5 aoùt sur les places Nahda et Rabea Al-Adawiya, certainement pour ne pas se couper de sa base et justifier son retrait. Dans le même temps, les manifestants étaient priés de rentrer chez eux « pour protéger la paix sociale ».

A ce jeu d’équilibriste, le parti Ennour s’est mis à dos les autres mouvements du camp islamiste, notamment les Gami’a islamiya (groupes islamiques) et le Hezb Ettawra (Parti de la révolution) de Hazem Abou Ismaïl, le candidat évincé de la première présidentielle post Moubarak. Ces formations politiques soutenaient le président Morsi, pas forcément par adhésion, mais parce qu’il était un solide rempart à leur éventuelle répression. Sans oublier qu’une grande partie de sa base, dépitée par les retournements et les calculs politiciens de ses dirigeants les accuse de trahison. Le fait est qu’aux dernières élections législatives, l’électorat d’Ennour a fondu. Mais malgré de sérieuses défections, Ennour a maintenu le cap. La répression sanglante qui s'est abattue contre leurs "frères en religion" a eu, certainement, l'effet fulgurant de leur indiquer la voie de la lumière !

* Ennour (La Lumière) a surgit d’une soudaine dissidence, peu avant les élections législatives de fin 2011 où ils firent un score de 25% des suffrages. A l’époque, l’annonce de ce nouveau parti dans un climat d’effervescence « révolutionnaire » avait surpris les observateurs avisés de la scène égyptienne. L’organisation qui lui donna naissance, « Al-daawa al-salafiya » (la prédication salafiste ), avait en effet toujours rejeté le jeu partisan, et ses cheikhs s’étaient ouvertement prononcé contre la démocratie, considérée par eux comme étant un « système impie ». Les Salafistes sont en effet traditionnellement des piétistes prônant une réforme de la société par la « daawa »(la prédication) et l’exemple, en dehors du champ politique. D’où cette théorie en vogue en Egypte parlantde l’existence de liens structurels entre la « prédication salafiste » et l’appareil sécuritaire égyptien. Selon les tenants de cette thèse, le création d’al-Nour serait le fruit d’une manipulation destinée à diviser le camp islamiste et à faire échouer la transition démocratique.

https://mondafrique.com/egypte-les-salafistes-dennour-a-la-botte-dal-sissi/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux