Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Note de lecture « La race tue deux fois », de Rachida Brahim, éditions Sylepse

Pendant trop longtemps, le racisme est demeuré un sujet exclu des recherches universitaires françaises. De jeunes doctorants se sont cependant attelés courageusement à la tâche, ces dernières années, pour briser ce tabou. Avec son livre « Le race tue deux fois », Rachida Brahim est de ceux là.

Rabha Attaf
Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« J'aimerai décrire le mécanisme qui préside à cette violence sans rien cacher des troubles que ce savoir me cause et des leçons que j'en tire. Non par goût du pathos, mais parce que la neutralité généralement feinte pas les chercheurs en sciences sociale est en réalité une violence épistémique qui participe à ce long désastre. » annonce-t-elle d'emblée dans son introduction.

La démarche de Rachida Brahim bouscule, en effet, une discipline qui a érigé l'analyse de la société en terme de classes sociales en dogme immuable, et « l'objectivité » en religion. Comment en effet travailler sur cette question, en tant que descendante d'immigrés algériens, en faisant abstraction d'une « post-mémoire », c'est à dire de la réminiscence d'un traumatisme collectif non vécu mais dont on a hérité ?

D'abord en faisant jaillir cette violence primordiale à travers le récit de crimes racistes enfouis dans le refoulé collectif de la société française. A partir d'une base de de 731 cas de victimes listées par les associations dédiées durant 30 ans, Rachida Brahim en analyse une sélection allant de la vague des ratonnades du sud de la France en 1973 aux crimes policiers des années 90. Elle distingue trois types de violences : idéologique (la plus courante), situationnelle (surgie des circonstances) et disciplinaire (qualifiée de « sécuritaires » par les militants car commises par des policiers ou gendarmes).

Puis, au fil des lignes, la logique intrinsèque à l'origine, selon Rachida Brahim, de tous ses crimes apparaît : « la construction au sein de la société d'une catégorie de personnes associées à un danger » dans le cadre d'un rapport de domination produit par le système social. L'auteure convoque, en effet, Foucault et son concept de bio-pouvoir pour expliquer la « violence raciale » -celle qui cible un ennemi intérieur fabriqué par la société- et la « violence d'Etat » qui vise à contraindre les corps. Cet angle analytique est intéressant, mais il mérite d'être placé dans une perspective historique qui en approfondirait le champ. Le mot « postcolonial » qui définit la temporalité de la vague des crimes des années 1970 renvoie en effet à une violence coloniale qui a atteint son paroxysme durant la guerre d'Algérie, y compris en France métropolitaine. Il en va de même du déni dont fait preuve l'Etat français à l'égard de cette violence raciste qui fait écho au déni des crimes contre l'humanité et autres exactions commises dans son ex-empire.

Insidieusement, après les indépendances, le racisme a perduré. Il s'est infiltrée au sein des institutions, à travers les lois sur l'immigration et les politiques publiques françaises -notamment celles concernant la gestion des quartiers populaires. Rachida Brahim décortique en effet les différentes lois sur l'immigration pour mettre en exergue les préjugés qui sous-tendent ces textes. L'immigration y est perpétuellement traitée comme étant un problème par les gouvernements successifs, avec en arrière plan les stéréotypes plaqués sur les Africains - « le bruit et l'odeur » ou les Algériens, perçus comme des criminels en puissance.

Rachida Brahim constate aussi que la législation française anti-raciste est paradoxalement un support du racisme structurel et systémique. Contre toute attente en effet, les parlementaires se sont attachés à nier le caractère raciste d'un crime en privilégient la parole raciste (loi de 1972, insultes ou diffamation)) et en opposant le droit commun, comme lors des débats de la loi de 1985 qui autorise principalement deux association, la Licra et le MRAP à déposer plainte pour racisme-et non les familles des victimes. La loi Gaissot, en 1995, qui devait s'attaquer initialement au mobile raciste pour se conformer aux directives européennes, a finalement accouché d'un article sur le négationnisme.

Enfin, en 2003, la nouvelle loi met en avant le mobile raciste, mais à minima. La loi réprime la parole raciste et le texte privilégie la lutte contre le renouveau de l'antisémitisme porté, selon des députés, par des maghrébins ou africains. Ainsi, les parlementaires persistent à distinguer l'anti-sémitisme du racisme (sous entendu anti-maghrébin), racialisant ainsi la question. La législation françaises reconnaît le particularisme des uns mais continue d'opposer l'universalisme aux autres. Résultat : les crimes racistes perpétrés sur des « indigènes » sont encore noyés dans le droit commun -ce qui déracialise les affaires. Les familles des victimes sont, dans la majorité des cas, confrontée au déni des institutions policières et judiciaires, et peinent à obtenir justice. A la mort physique s'ajoute donc une violence symbolique qui trouve sa source dans la négation du caractère raciste du crime.

Avec « La race tue deux fois », l'auteur s'est donc attachée à débusquer les mécanismes du racisme structurel dans les entrailles de l'Etat français. Les conséquences de ce racisme systémique sont sans doute multiples, à commencer par faire voler en éclat l'image d'une République prétendument égalitaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et CNews condamnés pour « injure raciste » et « provocation à la haine »
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Journal — France
À l’Élysée, le conflit d’intérêts qui passe comme une lettre à la poste
En mars 2020, la présidence de la République a nommé à la tête de son service de la correspondance un ancien du groupe de conseil informatique Capgemini. Le nouveau responsable a immédiatement fait appel à son ancien employeur en tant que consultant.
par Antton Rouget
Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses