Une fille de 10 ans convoquée pour apologie du terrorisme

 Après Ahmed (8 ans), Ayman ( 9 ans), c'est au tour d'une jeune fille de 10 ans de subir l'épreuve d'interrogatoire en gendarmerie pour des soupçons d'apologie du terrorisme. On croit rêver, mais c'est la réalité .

   Que reproche-t-on au juste à cette gamine ? Un devoir où la jeune fille aurait écrit : "  

  "Je suis d'accord avec les terroristes d'avoir tué les journalistes, car ils se sont moqués de notre religion [sic]."

   C'est une employée municipale qui l'aurait dénoncée.  Prévenue, les gendarmes l'ont convoquée pour une audition à Cagnes.

   La police et les gendarmes agissent sur consigne de Mme. Najat Vallaud Belkacem. Dans les lois françaises, rien n'interdit l'audition d'un mineur s'il est accompagné d'un de ses parents. 

   Dans ces cas de figure, est ce les enfants qu'on soupçonne de soutien au terrorisme ou leurs parents ? Si ce sont les enfants qu'on incrimine c'est bien ridicule, il faut en convenir.

  Mais alors si ce sont les parents, pourquoi ne pas enquêter en douce en confiant les dossiers aux services secrets ? Nos chers hommes politiques pensent-ils aux traumatismes et aux séquelles que laissent ce genre de convocations ?

  Les auditions viseraient à savoir si elle n'a pas entendu ces paroles quelques part. Soit. Dans ce cas il suffit que les parents disent à leur fille de ne rien divulguer pour qu'ils échappent à toute poursuite. 

Que font les organisations de défense des droits des enfants ? Ou sont les ONG des Droits de l'Homme ? Ou sont les intellectuels Français ?

   C'est pour quand la convocation des nourrissons pour apologie de terrorisme pour avoir par malheur osé pleurer ou carrément rire bruyamment perturbant ainsi les sacro-saintes minutes de silence ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.