Birmanie: La haine d'Ashin Wirathu contre les musulmans Rohingyas

L'adversité morbide entretenue par Ashin Wirathu contre les musulmans n'a pas de limites. La preuve nous est donnée par cette vidéo dans laquelle on voit et on entend le bonze extrémiste exprimer clairement sa haine contre ses compatriotes Rohingyas qui subissent depuis des années toutes sortes de persécutions juste parce qu'ils sont musulmans.

 

Discours de haine d' Ashin Wirathu contre les musulmans © Rachid Barbouch

 

  Dans cette vidéo, tout le discours du moine bouddhiste Ashin Wirathu tourne autour de la haine des musulmans. Ashin Wirathu ne fait pas dans la dentelle. Ses mots sont violents et ses comparaisons exécrables. Un discours à vomir. Une incitation claire et nette à la haine religieuse.

  Les Rohingyas birmans considérés comme des parias dans leur propre pays parce que musulmans font évidemment les frais de cette haine qui ne se limite pas au champs discursif.

  Les forces de sécurité birmanes ont été accusées de meurtres de masse et d’avoir orchestré une campagne de viols collectifs contre les femmes musulmanes vivant en Arakan, comme en témoigne un rapport de l'ONU.

Qui est vraiment Wirathu, le Hitler bouddhiste reportage © Mosquee Arrahman

  Des vidéos circulant dans les réseaux sociaux montrent à l'évidence la violence des traitements infligés au peuple des Rohingyas : Egorgés, démembrés, brûlés vifs, pendus.. Femmes, enfants y compris.

  Le restant de la population Rohingyas tente d'échapper aux persécutions du pouvoir birman conduit par la Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi. Selon l'ONU, plus de 164 000 Rohingyas ont fuit la Birmanie

  Au moment où une grande majorité d'internautes dénonce ces crimes contre l'humanité infligés aux Rohingyas, certains twitteurs de la fachosphère trouvent à ces crimes immondes de bien sombres justifications. C'est comme si des crimes commis contre des femmes et des enfants pouvaient avoir une quelconque justification ..

 

21533556-10210647439647760-730439097-o

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.