Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

761 Billets

4 Éditions

Billet de blog 8 févr. 2017

Plus de la moitié des policiers et militaires votent Front National

Plus de 51% des policiers et militaires votent extrême droite. C'est ce qui ressort d'une étude faite par un centre de recherche de Sciences Po Paris. Un fait plus qu'alarmant qui n'a l'air d'inquiéter ni politiques ni médias.

Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Le Centre de recherches politiques de Sciences Po dresse un rapport sombre sur le vote des policiers  et militaires: plus de la moitié d'entre eux ont voté Front national dans les élections régionales de 2015.

     Ce corps de métiers se radicalise de plus en plus au vu des résultats de 2012 où on comptait 30% des policiers et militaires à avoir déposé un bulletin  Front National dans l'urne.

     Quand on sait que l'extrême droite ne porte pas particulièrement sur son coeur Arabes et Blacks, ça la fout mal comme on dit vulgairement d'entrer dans un commissariat de police où théoriquement un flic sur deux adhère aux idées FN.

     Non il ne faut pas généraliser, bien sûr. Il y a d'honorables policiers qui font très bien leur boulot qui ont des comportements irréprochables qui appliquent et veillent au respect des lois de la République.

     Mais y en a aussi qui épousent des idées extrêmes, ont des comportement et des discours violents :  Sales métèques, ratons, bougnoules, bamboulas, négros sont malheureusement autant de mots  et d'expressions qui font partie du vocabulaire de certains flics. Il ne faut pas se voiler la face.

     Un policier ou gendarme est là pour faire respecter la Loi. Il n'est justement pas au-dessus de cette Loi. Faire usage de mots racistes c'est une violation de loi pour laquelle n'importe quel justiciable doit être puni.

      Ce qui est arrivé à Théo ces derniers temps n'est pas un cas isolé. Que le Parquet prenne la défense de policiers auteurs de viol et de violences manifestes n'est pas normal non plus dans une démocratie.

      Le Parquet est l'avocat de la société. Il est censé défendre la société contre les individus violents aux comportements déviants quels que soient leurs corps de métier.

      L'enquête du CEVIPOF indique  d'ailleurs que les policiers sont plus nombreux que les militaires à voter FN. En effet, 7 sur 10 policiers optent pour l'extrême droite. Pourquoi un tel engouement pour le FN ?

      Invoquer le manque d'effectif,  le stress au travail, le manque des moyens dans les rangs de la police, la surcharge de travail, les horaires décalés ou la volonté de sanctionner les politiques pour expliquer le choix des policiers c'est un peu comme invoquer le manque de place pour garer son véhicule de livraison, les salaires dérisoires ou trop de PV à payer  pour  expliquer le geste d' un terroriste qui fonce avec son camion sur un groupe de badauds.

       C'est tout simplement ridicule.

      Invoquer de tels prétextes foireux  c'est faire la politique de l'autruche, c'est se refuser à voir la réalité en face. Le terroriste qui a ouvert le feu sur des fidèles muslmans dans une mosquée à Québec était fan de Le Pen et de Trump.

      Faut-il attendre qu'un frontiste fasse pareil en France pour verser après des larmes de crocodiles sur les victimes ou faut-il prendre dès maintenant le taureau par les cornes ?

      Le fait que des chaînes de télévision comme BFM Tv banalisent ce genre de partis à l'idéologie aussi nauséabonde que Daech est d'un très mauvais présage pour l'avenir du pays.

      Il est grand temps d'arrêter de faire le jeu de l'extrême droite.. La coupe est pleine.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk