Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

762 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 déc. 2017

Salvator Mundi a été acheté par le Prince Mohammed Ben Salmane

C'est le Wall Street Journal qui révèle cette information. Le Prince Mohammed Ben Salmane, héritier du trône du royaume wahhabite, aurait mandaté son cousin le Prince Bader Ben Abdullah Ben Mohammed Ben Farhan Al-Saoud pour acheter "Salvator Mundi". Au bout de vingt minutes d'enchères, le fameux tableau du peintre italien Léonard De Vinci a été adjugé à 450,3 millions de dollars.

Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

   Le moins qu'on puisse dire du très puissant Prince saoudien  Mohammed Ben Salmane est qu'il aime bien les chiffres qui donnent le tournis. En moins d'un an, son nom a été cité dans trois gros achats.

   Achat d'armes aux Etats-Unis pour plus de 500 milliards de dollars, achat d'un yacht ( le "Serena" pour ne pas le nommer ) au magnat du vodka Yuri Shefler pour un demi milliard d'euros et maintenant son nom encore une fois est cité dans l'acquisition du "Salvator Mundi".

   Le tableau du maître florentin qui a été authentifié en 2011 a été acquis par un des hommes du Prince novembre dernier lors d'une vente aux enchères organisée par Christie's à New York.

    "Salvatore Mundi" sera exposé au musée du Louvre d'Abou Dhabi des Emirates Arabes Unis, inauguré  récemment par cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane.

    Le tableau le plus cher au monde représente un Christ habillé dans un style de l'époque de la Renaissance tenant dans sa main gauche une boule en cristal et pointant de sa main droite vers le ciel trois doigts symbolisant la Trinité .

    Le fils du Protecteur des Lieux les Plus Saints de l'Islam déboursant une somme colossale pour l'achat d'une représentation du Christ, le tableau étant en plus exposé dans un pays musulman, cela peut choquer plus d'un.

   Mais le message semble être clair: l'Islam n'est pas incompatible avec les autres religions. Il les complète, bien au contraire.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent