Yassine Belattar menacé ?

Yassine Belattar a partagé sur sa page Facebook lundi passé un papier qu’il aurait reçu rempli de messages de haine envers sa personne et plein d’allusions racistes et islamophobes envers la communauté maghrébine. L’humoriste franco-marocain n’a pas précisé s’il allait porter plainte.

e3d812a1-fe9e-4a22-96ea-88b003ea46fc


   Yassine Belattar continue son aventure dans le monde du spectacle  malgré les ennuis judiciaires auxquels il a fait face dernièrement et qui l’ont partiellement écarté du monde du show biz.

   Lundi 2 décembre, il a partagé avec ses fans une lettre anonyme qu’il aurait reçue le jour même où on peut lire quelques messages racistes puant la haine des Maghrébins et des musulmans.

    La lettre reçue laissant croire que Yassine Belattar appelle à la guerre civile le décrit comme un « sale bougnoule obèse comme un mammouth de l’Islam »

   Dans ce papier, on peut répertorier tous les clichés et stéréotypes du nord-africain  décrit avec un « gros ventre plein de couscous et [des] grosses fesses remplies de viande halal ».

   Un gros bougnoule qu’on rêve de chasser de la France avec sa mère, tenez-vous, « poilue  arriérée et analphabète qui se prendra les pieds dans sa burqa pourrie et ses babouches »

   L’auteur de la lettre, s’imaginant  dans un contexte de guerre civile, ajoute : « Yassine Belattar et toute sa clique islamique sont des perdants. Ce sera la rémigration pour tous ces immigrés vers leur terre d’Islam »

   En réponse à cette lettre, Yassine Belattar a dû respirer un grand coup avant d’écrire ces mots emplis de poésie et d’amour pour son pays : La France.

«  Douce France...
Chère Pays de mon enfance,
Bercé de tant d’insouciance,
Je te garderai dans mon coeur.
Nouvelle lettre de menace Recu ce matin du 2/12...
Je continuerai de monter sur scène même si les fachos ne le veulent pas. » (1)

 
(1) Nous transcrivons sa réponse avec toutes les fautes de français qu’elle comporte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.