Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

762 Billets

3 Éditions

Lien 10 mai 2018

Racisme en Israël : Azealia Banks ne veut plus jamais retourner là-bas

Dans son édition du mercredi 9 mai, le quotidien israélien Jerusalem Post est revenu sur les mauvaises impressions de la rappeuse américaine Azealia Banks partie se produire dans l'état hébreu et qui jure maintenant ses grands dieux de ne plus y remettre les pieds.

Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://m.jpost.com/OMG/Azealia-Banks-I-will-never-ever-go-to-Israel-again-555924/amp

   Après son concert à Tel Aviv lundi soir, la rappeuse américaine Azealia Banks a juré qu'elle ne reviendrait plus jamais en Israël. 

  "Pourquoi ces gens sont-ils comme ça? Je ne comprends pas ... le nombre de fois que j'ai été délibérément  poussée, piétinée, devancée dans la file, c'est trop. J'ai besoin de boire un bon coup "

 "Je ne retournerai jamais plus jamais en Israël", a-t-elle tweeté mardi.

  Pourtant tout avait l'air de bien se passer pendant le concert et Banks avait même retweeté plusieurs vidéos de fans montrant l'ambiance qui y régnait.
  Un moment, la rappeuse américaine s'était même élevée contre les gens qui la critiquaient d'avoir organisé son concert en Israël.

 "Vous oubliez qu'il y a des gens noirs et bruns à Tel Aviv qui vivent leur vie, vont travailler, s'occupent de leur propre musique en continu sur Spotify, écoutent mes coups de gueule et qui étaient vraiment heureux que je vienne me produire devant eux en direct" avait-elle écrit lundi.

  Avant de rajouter :"Mon concert est un endroit où les gens se comportent simplement comme des être humains sans aucune arrière pensée politique"

   Répondant à ceux et celles qui disaient qu'Israël était un état d'apartheid, Azealia Banks avait écrit que "les Etats-Unis d'Amérique sont un pays qui prône le suprématisme blanc " et qu'il fallait se regarder d'abord devant un miroir avant d'oser critiquer un autre pays.

  Mais alors qu'elle quittait le pays, Azealia Banks, âgée de 26 ans, a déclaré que ses expériences avec de nombreux Israéliens et en particulier pendant ses voyages l'avaient profondément bouleversée.

  "J'adore mes fans mais les gens de Tel Aviv sont vraiment très impolis", écrit-elle sur Twitter mardi. "Les gens à l'hôtel, dans les restaurants, à l'épicerie m'ont traité avec un tel mépris que je n'ai vraiment pas apprécié de passer mon temps ici. Le spectacle était génial. »

   Avant de préciser qu'elle n'était pas « assez payée pour supporter la culture sociale en Israël »et qu'elle ne reviendrait dans ce pays « qu'avec des propositions financières plus alléchantes ».

 Mais après son vol de retour aux États-Unis, elle a juré qu'elle ne reviendrait plus jamais en Israël, malgré son amour pour ses fans.


"Les gens à la sécurité m'ont intentionnellement fait poireauter pour l'examen des bagages, c'était clairement parce que je suis noire", a-t-elle écrit.

 «J'avais une escorte avec moi et tout le reste ... Ils me tenaient toujours debout pendant que je regardais un groupe de Blancs passer rapidement devant moi sans problème»

  Et d'ajouter qu'une femme sur son vol lui a crié dessus pour une histoire de bagage à main : "C'était tellement raciste que je me suis assise sur mon siège et que j'ai pleuré."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat