Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

761 Billets

3 Éditions

Billet de blog 12 nov. 2018

Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

Le Roi du Maroc s’est endormi

Le Roi du Maroc a cédé hier à un léger coup de barre en plein discours d’ Emmanuel Macron célébrant le centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918. Et Sa Majesté n’était pas la seule. Le Président Russe, la Chancelière Allemande et les Premiers Ministres Canadien et Turc se sont eux aussi jetés un moment dans les bras de Morphée.

Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Roi du Maroc . Discours d'Emmanuel Macron © Rachid Barbouch

   Cela s'est produit au moment où le président français Emmanuel Macron était sur le point de clore son discours qu'il prononcait à l'occasion de la célébration du centenaire de l'Armistice de novembre 1918. Le coup de barre du Roi Mohammed VI n'a duré en tout et pour tout qu'une trentaine de secondes .

  Mais il n’en fallait pas plus pour que cette séquence vidéo assez courte et assez rare fasse rapidement le tour des réseaux sociaux ( Facebook, twitter et Instagram ) donnant lieu ainsi à un déluge de commentaires.

  Les internautes marocains ont pour la plupart exprimé leurs profondes inquiétudes sur l’état de santé du souverain qui semblait un tantinet fatigué.

  Côté médias officiels marocains, c’est silence radio, comme d'habitude. La gêne est certes palpable mais on n’ose pas évoquer ce sujet car la personne du Roi est sacrée.

   L’agenda du souverain alouite, il faut le dire, était très chargé ces derniers temps et tout le monde s’accorde à penser que Sa Majesté se dépense trop au travail.

   Le Roi du Maroc était accompagné de l'héritier du Trône le Prince Moulay Hassan dont la présence a de nouveau attiré la curiosité de la presse people. La Princesse Lalla Salma reste, elle, la grande absente de cet événement.

      Il est à noter aussi que plusieurs autres personnalités politiques présentes sur les tribunes à l'occasion de la commémoration du centenaire de l'Armistice de 1918 ont été surprises en train de somnoler pendant le discours d'Emmanuel Macron.

       On pense entre autres au Président Russe Vladimir Poutine, à la Chancelière Allemande Angela Merkel, au Premier Ministre Turc Tayib Erdogan et au Premier Ministre Canadien  Justin Trudeau.

       Quoi de plus naturel pour n'importe quel être humain de succomber à un moment ou à un autre à la fatigue ? Cela arrive à tout le monde.. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard