Saad Lamjarred : Le Narcisse des temps modernes

Le chanteur marocain Saad Lamjarred tristement célèbre maintenant plus par ses démêlés judiciaires que par ses chansonnettes à deux balles tente depuis quelques mois de sauver ce qu'il reste des meubles en s'improvisant dans des opérations de séduction. Multipliant les publications de ses clichés notamment sur Instagram, il table tout sur sa "beauté physique" pour faire oublier sa "hideur morale".

    

Narcisse épris de lui-même Narcisse épris de lui-même

 

   De Harvey Weinstein à Dustin Hoffmann, en passant par Bill Cosby, Brett Ratner, James Toback, Kevin Spacey, Danny Matterson, Casey Affleck , la liste des célébrités mêlées à des affaires d'agressions sexuelles et de viol ne cesse de s'allonger.

    Avec cette opération lancée aux États Unis dénonçant les violences faites aux femmes avec le hashtag "Balance ton porc ", on découvre presque chaque jour de nouveaux faits.

    Ces scandales à la pelle qui nous viennent du pays de l'Oncle Sam et qui se produisent également chez nous jettent la lumière sur ce nouveau mal du siècle qui nous inquiète tant: Le syndrome de ces hommes célèbres qui se croient tout permis..

   Rattrapés par leurs crimes, ils ont un retour de bâton parfois assez sévère sur leur capital notoriété. Les medias relatant souvent les moindres détails de ce que leur reproche la justice, ils s'emploient à tout esquiver.

    C'est ainsi qu' à peine sorti de détention que Saad Lamjarred s'est mis à retravailler son image en engageant un photographe professionnel. Objectif: faire oublier ses déboires judiciaires en endormant les foules avec des photos.

    Sa tactique s'avère concluante pour une partie du public, notamment chez ses inconditionnelles groupies en folie qui peuplent les réseaux sociaux et qui travaillent comme des abeilles à faire gonfler ses nombres de vues sur YouTube.

    Le 12 novembre, Laura Prioul sort une vidéo où elle relate ce qu'il lui a fait. La réaction de sa victime était si inattendue et son récit si réel qu' apprenant ça le soir même, l'accusé pique une énorme crise où ses proches craignent vraiment pour sa vie.

    Saad Lamjarred avait déjà fait deux tentatives de suicide auparavant, l'une aux Etats-Unis et l'autre au Maroc, avant de penser à mettre fin à ses jours lors de sa détention à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.

    La vidéo de Laura Prioul lui est tombée dessus comme un tonnerre. En réponse, il mettra en ligne une photo où l'inquiétude se lit malgré tout sur son visage.

    Le chanteur a sa propre astuce: Il ne souffle pas un traître mot sur son ancienne affaire en justice ni sur celle en cours.

    Il joue avec le seul atout qui lui reste: son image physique.

    Tel Narcisse, celui que ses accusatrices traitent de monstre s'abreuve de son image, s' enivre des nombreux likes qu'il moissonne sur Instagram. Tel un parfait pervers narcissique, il manipule son public à souhait, rien qu'avec ses photos.

    Les hormones féminines faisant merveilleusement leur travail, faussent le jugement de ses fans qui le prennent pour un dieu vivant.

    Nul besoin de faire mille discours. Nul besoin de se justifier sur son addiction à l'alcool et aux drogues. Nul besoin de s'expliquer sur ses nombreuses casseroles. Nul besoin de répondre aux graves accusations qui le confondent.

    Il compte trop sur le Roi du Maroc pour le tirer d'affaire et sur ses photos pour l'innocenter.

    Chez cet homme, pourtant, il y a au moins deux visages: celui soi-disant  d’homme pieux apprenant le Coran et faisant le pèlerinage, et l'autre le plus vrai celui de l' accro aux stupéfiants, à la vodka et au kir royal sujet à des accès de violences imprévisibles envers la gente féminine.

    Saad Lamjarred fait in fine cruellement penser au personnage de Narcisse qui s’est noyé  à force de contempler le reflet de son image sur l'eau d’une rivière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.