Saad Lamjarred va-t-il récidiver ?

Saad Lamjarred: Coupable ou innocent ? Pour beaucoup de Marocains aujourd’hui, la question n’a même pas lieu d’être posée. Chez sa famille, chez ses fans, on n’a désormais qu’une seule crainte : Qu’il récidive et qu’une nouvelle victime porte plainte contre lui.

 

Saad Lamjarred: Serial rapist ? © Rachid Barbouch

 

 Le chanteur marocain a fait beaucoup de mal autour de lui, selon les confidences de certaines de ses amies, des dizaines de victimes violées et violentées aussi bien au Maroc qu’à l’étranger. 

 La plupart d’entre elles refusent jusqu’à maintenant à défaut de porter plainte, de témoigner . Pour certaines craignant le scandale, pour d’autres les représailles, elles préfèrent se murer dans la loi du silence, d’après les informations qui nous sont parvenues.

 Certaines armées de courage, voulant défendre leur honneur, ont préféré affronter leur bourreau devant les tribunaux. Pas une mince affaire.

  Le chanteur est protégé en haut lieu. Et une armée d’avocats est chargée de le défendre jusqu’au bout. Défendre un type qu’on sait pertinemment que c’est un violeur en série qui n’est pas près de s’arrêter 

  « Que faire pour qu’il ne fasse plus d’autres victimes ? », nous a-t-on chuchoté.

   Parler est la seule solution. Toutes ses victimes doivent parler. Ne plus avoir peur ni de lui ni de ses proches ni de ses fans.

    Dimanche 10 février, chez TF1 dans l’émission « Sept à Huit », d’autres victimes ont pris la parole pour témoigner  de ce qu’il leur est arrivé avec celui qui se révèle être le délinquant sexuel number one au Maroc et dans le monde arabe.

   D’autres victimes devraient à l’avenir témoigner et porter plainte contre lui pour que plus jamais le viol ne se banalise avec lui, pour que plus jamais il ne brise la vie à d’autres victimes.

   Côté paysage médiatique arabe, le constat est amer : Beaucoup de médias arabophones le couvrent, feignent d’évoquer ses déboires avec la justice en France. Et la plupart des « artistes » arabes lui témoignent leurs soutiens inconditionnels, certains sachant pourtant très bien qu’il est un violeur.

    Ces « artistes » de dernière heure devraient pourtant savoir  que les médias prendraient un jour un malin plaisir à leur rappeler leur accointance, leur proximité et leur soutien à un violeur qui n’était pourtant pas à son premier exploit criminel.

   Les rares artistes qui ont osé briser la loi de l’omerta se sont vus lyncher publiquement et médiatiquement  par ses fans aux comportements cybercriminels évidents pour ne pas dire cyberterroristes allant parfois jusqu’à  proférer des menaces d’attentat contre le Tribunal de Grande Instance de Paris obligeant les autorités françaises  à organiser les confrontations entre l’une des victimes et l’accusé via un support vidéo à distance.

   حسبي الله و نعم الوكيل

    و ما خفى كان أعظم  

 

   Nb: De sources sûres, il est à souligner que la confrontation de SL avec sa première victime a été plusieurs fois reportée à cause de menaces d’attentats à la bombe visant le TGI de Paris, menaces émanant de certaines fans qui doivent être déjà fichées parce que potentiellement dangereuses avec des visées terroristes.

  

 

  

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.