Moncef Marzouki pleure la mort de Mohamed Morsi

Invité par la chaîne Al Jazeera pour s’exprimer sur la mort dans un Tribunal de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, Moncef Marzouki, l’ex chef d’état tunisien, n’a pu retenir ses larmes en voulant rendre hommage à l’ancien leader des frères musulmans déchu lors d’un coup d’état militaire fomenté par le Général Abdel Fattah Al Sissi

Moncef Marzouki pleure la mort de Mohamed Morsi © Rachid Barbouch
  

 

   L’ancien président tunisien Moncef Marzouki, cédant à l’émotion, n’a pu retenir ses larmes en évoquant le destin tragique  de son ami l’ancien président égyptien Mohamed Morsi mort suite à un malaise dans un tribunal où il était jugé pour intelligence avec le Qatar et l’Iran, des accusations considérées comme farfelues par certains pour justifier le coup d’état militaire ourdi à son encontre par le Général Al Sissi.

   Moncef Marzouki,  arrivé au pouvoir grâce au printemps arabe qui a vu la déchéance et la fuite de Zine El-Abidine Ben Ali en Arabie Saoudite, avait dirigé la Tunisie entre décembre 2011 et décembre 2014. Il est connu dans le monde arabe pour avoir annoncé la mise en vente aux enchères publiques des palais présidentiels afin de promouvoir le secteur de l’emploi des jeunes tunisiens.

  Mohamed Morsi partageait plusieurs points communs avec Moncef Marzouki même si l’un était islamiste et l’autre laïc. L’un et l’autre ont assisté à la chute de deux dictateurs arabes : le dirigeant égyptien Hosni Moubarak pour le premier et l’ancien Général devenu président de la Tunisie Zine El-Abidine Ben Ali pour le second. Tous deux ont, en outre, fait de la lutte contre la corruption leur cheval de bataille. Et ils étaient finalement tous les deux promoteurs d’un islam modéré et ouvert sur le monde.

   Sur le plateau de la chaîne du Qatar Al Jazeera où il était invité, l’ancien militant des Droits de l’Homme, Moncef Marzouki, professeur de médecine devenu plus tard président de la Tunisie après le vote de l’Assemblée Constituante, s’est reproché et a reproché à ceux qui ont bataillé pour la liberté des peuples de ne pas avoir fait assez pour sortir Mohamed Morsi de sa condition de prisonnier étant victime, selon lui, d’une mise en scène concoctée par les gros bonnets de l’armée égyptienne.

    Une des filles de Mohamed Morsi avait dès hier dénoncé les conditions de détention de son père qui souffrait de plusieurs maladies ( insuffisance rénale, diabète..) et qui subissait de mauvais traitements dans la cellule où il était enfermé 23 heures par jour. Elle a reproché au médecin du tribunal et aux juges d’avoir été indifférents à l’état de santé de Mohamed Morsi alors même que celui-ci montrait dans le tribunal des signes qu’il n’allait pas bien avant de succomber une demie heure après. 

   Sur les réseaux sociaux, les internautes ont été presque tous unanimes à saluer le courage, l’honnêteté et les années de lutte  de Mohamed Morsi contre un pouvoir corrompu, impopulaire et à la merci de forces extérieures ennemies de la cause arabe et de la cause palestinienne. En Égypte et dans plusieurs pays arabes, des internautes ont changé leur portrait par celui de Mohamed Morsi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.