Taha Bouhafs libéré

Le journaliste reporter du site Là-bas si j’y suis Taha Bouhafs a été finalement remis en liberté après avoir été placé en garde à vue suite à sa publication d’un post sur Twitter indiquant la présence du président Emmanuel Macron au théâtre des Bouffes du Nord, à Paris.

 

 

Alexandre Benalla: Taha B. Celui qui a précipité sa chute © Rachid Barbouch
Taha Bouhafs est enfin libre. Il a été interpellé, pour rappel, vendredi soir après avoir publié un post sur Twitter indiquant la présence du président de la République au théâtre des Bouffes du Nord.

    Présent lui aussi dans la salle de spectacle, Taha Bouhafs réussit à filmer le président . Sur son compte Twitter, il écrit : « 

 « Je suis actuellement au théâtre des bouffes du Nord (Métro La Chapelle) 3 rangées derrière le président de la république. Des militants sont quelque part dans le coin et appelle tout le monde à rappliquer. Quelque chose se prépare... la soirée risque d’être mouvementée. »

 

a810f3cd-d957-475e-a43a-c3ed871e1a59

 

  Il propose même à ses abonnés s’il lance ses chaussures sur le président de la république, voulant mimer le geste d’un Irakien qui jette ses chaussures sur Georges Bush. 

   Une majorité de ses abonnés lui déconseille de faire ce geste. 

   Aussitôt son post publié, des centaines de manifestants s’étaient attroupés devant le théâtre où se trouvaient Emmanuel Macron et sa femme. Un groupe de manifestants avait même réussi à s’introduire dans la salle  perturbant un moment le spectacle sans l’interrompre.

   Les manifestants ont fini par être repoussés. Taha Bouhafs est reconnu par un membre du GSPR (service de sécurité de la présidence). Il est aussitôt interpellé.

      Taha Bouhafs, jeune militant pour la cause ouvrière, s’est fait remarquer  lors de l’évacuation de la faculté de Tolbiac, en s’adressant de manière un peu violente aux forces de l’ordre.

   Il se fera finalement connaître du grand public après avoir filmé Alexandre Benalla en train de violenter un couple de manifestants qui, quelques secondes plus tôt, jetaient des bouteilles de verre et objets tranchants en direction des forces de l’ordre.

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.