Notre-Dame de Paris : Un bug informatique ?

Dire que l’incendie de Notre-Dame de Paris aurait été provoqué par un bug informatique est une énormité nous a confié un expert en prévention et sécurité incendie. Un bug dans une centrale SSI peut être un dysfonctionnement dans la détection mais pas la cause d’un incendie. Voici quelques éléments d’explications:

  

La distribution de la détection incendie dans la partie des combles ( Charpente ) La distribution de la détection incendie dans la partie des combles ( Charpente )

 

  

    L’incendie qui s’est déclaré dans la soirée du lundi 15 avril au niveau de la charpente de la Cathédrale Notre-Dame de Paris suscite de nombreuses questions aussi gênantes les unes que les autres.

    La version officielle parle de deux détections, l’une à 18h20 et l’autre à 18h43, d’une première levée de doute  qui n’a pas permis de constater un départ de feu et d’une deuxième levée doute où l’agent a vu le départ des flammes.

    La principale question qui se pose : Que s’est-il passé entre la première et deuxième détection c’est-à-dire qu’est-il arrivé entre 18h20 et 18h43 ? Car en toute logique, vu comment le feu s’est propagé et comment il était déjà non maîtrisé au moment où il a été découvert, la centrale SSI qui surveille le site au niveau de la détection aurait dû recevoir une série de plusieurs dizaines  d’alarmes incendie.

   Qu’on nous dise qu’il n’y ait eu que deux détections c’est proprement inquiétant. Que se passe-t-il en temps normal ? Quand un agent prend connaissance d’une détection, fait sa levée de doute, s’il constate sur le lieu de la détection un départ de feu, il avertit l’agent au Pc et utilise des extincteurs pour essayer d’éteindre le feu.

La détection incendie dans une structure de type combles © Rachid Barbouch

   S’il s’agit d’une détection intempestive, il demande à son collègue de réarmer la centrale. Une détection peut avoir lieu soit à cause d’un départ feu, soit à cause de travaux par points chauds,  soit à cause d’un dérangement dans la ligne de détection (détection intempestive).

  Dans ce cas d’espèce, les travaux avaient déjà été achevés et aucun ouvrier ne se trouvait sur le site ( Ce qui implique qu’une ronde de permis feu fin de chantier est supposée avoir été faite). De même qu'on ne peut parler d’une alarme intempestive parce qu’on a eu un feu effectif.

  Des questions se posent: La première levée de doute a-t-elle vraiment été faite ? Car même à supposer que l’adresse du détecteur n’était pas bonne, d’autres détecteurs ont dû ou auraient dus être sollicités sur la même zone.

  On peut avoir une erreur sur le libellé d’un détecteur mais pas sur plusieurs détecteurs dans la même zone ( Erreur d’adressage possible ). Car si tel est le cas, il y a eu un gros gros problème dans la mise en place et dans la distribution de la détection.

   Des sociétés de maintenance effectuent justement des tests de manière périodique pour déceler d’éventuelles anomalies ( mauvaises adresses de détecteurs incrémentées dans le système de sécurité incendie, erreurs de programmation de la centrale SSI, détecteurs défectueux..).. 

   Ces tests de maintenance sont effectués pour éviter qu’il y ait justement de mauvaises indications pour les agents, pouvant les induire en erreur.

   Peut-on appeler un bug informatique le fait que la centrale SSI ait donné une mauvaise adresse à supposer que tel était la cause de la mauvaise levée de doute ?  Non. Il ne s’agit pas d’un bug dans ce cas de figure mais d’une erreur de programmation qui a été fatale au site.

   Une autre question gênante se pose : Le détecteur automatique d'incendie ( DAI) a-t-il été isolé ? La zone où ce premier détecteur a été  sollicité a-t-elle été isolée ? Que signifie détecteur, zone isolée ? 

  Un détecteur isolé est un détecteur inhibé qui ne peut envoyer des alarmes incendie à la centrale SSI se trouvant au Poste de commandement. Une zone de détecteurs isolée c’est un groupe de détecteurs ( ce peut être plusieurs dizaines de détecteurs) qui ne renvoient plus d’alarmes.

  En clair: La détection automatique incendie où il y a eu le feu avait-elle été isolée pensant à tort à une détection intempestive ? Car en toute logique on aurait dû avoir plusieurs détections et plusieurs détecteurs sollicités et non deux détections.

   A bien considérer ce qu'il s'est passé en cette soirée du lundi noir, tout porte à croire qu’il y a eu une série de dysfonctionnements, autrement on n’aurait jamais eu un tel incendie qui a gravement endommagé la toiture de la cathédrale et en a fragilisé la structure.

   Les dégâts matériels sont inestimables, un chef-d’œuvre et un monument historique faisant partie du patrimoine mondial durement touché. Tout ça à cause de négligences ? C'est fort possible.. Les rapports de l'enquête vont certainement tout déballer, à moins qu'on veuille étouffer le scandale.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.