Amine Radi retire sa plainte

Amine Radi a-t-il vraiment été agressé par le policier comme il le prétendait ? Des éléments mettraient visiblement à mal la version de l’humoriste franco-marocain. En particulier sur la vidéo où il prétend avoir été agressé, sur un autre angle on voit le policier tenter uniquement de lui confisquer le téléphone.

Amine Radi agressé par un policier ? © Rachid Barbouch

 

Amine Radi a-t-il voulu se faire passer pour une victime violemment agressée par le policier de circulation de la préfecture de Casablanca ?  L’enquête menée par la police judiciaire ne donne visiblement pas suffisamment de crédit aux propos de l’humoriste.

  Amine Radi avoue s’être reculé et tombé tout seul. En revanche, il affirme que le flic lui aurait marché dessus ce que dément la vidéo. Le policier cherchait uniquement à lui prendre le téléphone.

  De plus, il semblerait qu’il ait enfreint le code de la route, raison pour laquelle le policier de la circulation lui aurait intimé l’ordre de s’arrêter.

  Le policier a-t-il traité Amine Radi d’âne comme le prétend ce dernier ? On n’en sait rien encore à ce sujet.

Amine Radi retire sa plainte © Rachid Barbouch

   Ce qui est assez clair c’est qu’on ne voit aucune trace de violence sur l’humoriste, celui-ci disant avoir reçu un coup sur la bouche et voulant nous montrer qu’il saignait sauf qu’on ne voit pas une seule goutte de sang.

  Amine Radi avait-il le droit de filmer le policier comme il faisait ? Dans le cadre de la protection de la vie privée, en France, il est interdit de prendre des photos de gens sans leur consentement cela est valable autant pour les particuliers que pour les agents de l’état. Cela s’appelle le droit à l’image. 

 Au Maroc, en revanche, aucune loi n’interdit de filmer des policiers, situation qui peut être vécu quelques fois par ces derniers comme une humiliation ..

   Aux dernières nouvelles, nous apprenons de sources officielles que l’humoriste a retiré sa plainte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.