Ivanka Trump félicite le Maroc

Dans un tweet qui lui a attiré des moqueries assez déplacées, Ivanka Trump, la fille du président américain a félicité le gouvernement marocain pour les modifications apportées à la loi de succession qui pourraient un jour aboutir à l’égalité entre femme et homme dans l’héritage.

443e2afc-aa5c-4e3b-b439-fddce8009287
 

  Le dernier tweet d’Ivanka Trump, fille du président américain, sur les droits de succession au Maroc a interloqué plus d’un d’autant plus que le nom d’une princesse marocaine y apparaît, celui de Lalla Joumala, ambassadrice du Maroc aux États-Unis.

  On devine presque alors que c’est la Princesse Lalla Joumala, fille de Moulay Ali, cousin du défunt Roi Hassan II, qui aurait informé  la fille de Donald Trump.

  Mais que veut dire au juste le tweet d’Ivanka ? Homme et femme seraient-ils traités bientôt au royaume alaouite sur le même pieds d’égalité en matière de succession et d’héritage ?

   Non, aujourd’hui, on n’en est pas encore là, en fait, mais un progrès assez important a été accompli pour faire bénéficier les femmes de l’usufruit des terres soulaliyates. Jusque-là, en théorie, les femmes n’en tiraient absolument aucun bénéfice.

  Les nouveaux textes  adoptés le 2 août 2019 concernent trois projets de lois qui apportent des modifications dans les précédentes lois:

*Le projet de loi N°62.17 relative à la tutelle administrative sur les communautés soulaliyates et la gestion de leurs biens.
*Le projet de loi N°63.17 relative à la délimitation administrative des terres des communautés soulaliyates.
*Le projet de loi N°64.17 modifiant et complétant le dahir n°1.69.30 du 10 joumada I 1389 (25 juillet 1969) relative aux terres collectives situées dans les périmètres d'irrigation.  

   Ce qu’il faut retenir : Le droit coutumier marocain prive, de facto, toujours les femmes marocaines du droit d’hériter de ces terres dites soulaliyates.

   Prochain défi: Permettre peut-être aux femmes d’en être aussi pleines héritières. Pourquoi pas ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.