Le gel de l'UMA: Abdelkader Messahel accuse le Maroc

Dans un entretien accordé à Russia Today, le ministre des affaires étrangères algérien Abdelkader Messahel pointe la responsabilité du Maroc dans le blocage du projet de construction de l'Union du Maghreb Arabe, évitant de parler dans la foulée du conflit du sahara dans lequel l'Algérie est partie prenante finançant et armant des dissidents et des mercenaires.

  

messahel-mtartar

  Abdelkader Messahel considère l'Algérie comme un pivot dans la construction de l'UMA, avançant qu'en plus d' être géographiquement au centre, l'Algérie possède une infrastructure routière conséquente reliant tous les états membres :

  «Nous sommes le seul pays du Maghreb à avoir des frontières avec tous les autres pays de la région. Au niveau de l’infrastructure, nous disposons de l’autoroute ouest-est, qui relie les frontières tunisiennes au Maroc, en plus d’un dispositif routier dans le désert, reliant l’Algérie au Niger. Nous avons également une route reliant la frontière tunisienne à la Mauritanie. Nous envisageons donc l’infrastructure routière dans sa dimension régionale. Cette intégration régionale a fait l’objet d’un message clair du président.» 

  Le ministre algérien fait semblant d'ignorer en revanche  l'éternel objet de discorde entre le l'Algérie et le Maroc : La non reconnaissance par l'Algérie de la marocanité du Sahara, considérant probablement ça comme un problème mineur.

  Sans parler de l’état plus que déplorable de « son » autoroute Est-Ouest qui n’est d’ailleurs pas achevée après plus de 30 ans de travaux, avec cette approche, Abdelkader Messahael montre encore une fois qu'il est à côté de la plaque en voulant faire croire qu'il est pour l'union tout en oeuvrant concomitamment pour la division.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.