Al Hoceima : des manifestations dégénèrent en affrontements

Au cœur du Rif marocain, dans la ville d'Al Hoceima, se déroulent en ce moment même de violents affrontements entre les manifestants et les forces d'intervention rapides accompagnées de gendarmes mobiles et de policiers anti-émeutes. Les manifestations qui étaient censées se dérouler dans le calme ont vite dégénéré.

 

Rifpresse © Rifpresse

 

   La situation est vite devenue incontrôlable lorsque de jeunes manifestants ont commencé à caillasser les forces de l'ordre les obligeant à se replier, ceux-ci usant  de gaz lacrimogènes pour les disperser.

  C'est la première fois depuis le début du Hirak du Rif conduit par Nasser Zafzafi   que les manifestations se transforment en batailles rangées entre des jeunes manifestants et les forces anti émeutes.

   En même temps que des jeunes lançaient des cailloux contre les forces de l'ordre, d'autres les appelaient au calme en scandant  "manifestations pacifiques, manifestations pacifiques" " سلمية سلمية "

   D'après les correspondants de la presse locale qui sont sur place dans les quartiers populaires d'Al Hoceïma, ces violences auraient débuté suite à une tentative d'arrestation de Nasser Zafzafi, le meneur de ces foules en colère.

    Quelques minutes avant, Nasser Zafzafi avait violemment interrompu l'Imam d'une mosquée qu'il accusait de connivence avec le makhzen, l'empêchant de faire son prêche du vendredi, l'insultant et l'obligeant à quitter le lieu de culte.

    Il s'en est suivi après de graves troubles à l'ordre public où les forces de l'ordre ont été violemment prises à partie par des jeunes manifestants.

    Ayant fui Les policiers venus le chercher à la mosquée après qu'il y ait semé le désordre, Nasser Zafzafi est monté sur le toit d'une maison,  a continué à vilipender le Ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit. Visé par un mandat d'arrêt, le meneur de la rébellion rifaine a avoué penser mourir en martyr à chaque fois qu'il faisait ses prières.

    " Si je suis emprisonné, ils (les agents du makhzen ) ne savent pas que j'observerai une grève de la faim ", a-t-il lancé aux foules venues le soutenir.

     Nasser Zafzafi est désormais sous le coup d'un mandat d'arrêt lancé par le Procureur du Roi pour les troubles occasionnés dans une Mosquée ayant gravement nui à la liberté de culte et au bon déroulement de la "salate" du vendredi saint.

      Le Procureur compte l'interroger avant de le présenter au Parquet. Actuellement en fuite, Nasser Zafzafi peut être arrêté n'importe où et à tout moment. Sa cavale ne saurait durer trop longtemps selon des responsables sécuritaires.

    Le Hirak censé émettre des revendications politiques et socio-économiques  pour la région du Rif au nord du Maroc vient de passer aujourd'hui d'une phase pacifique à de violents affrontements dont personne ne peut prévoir l'issue.

    Sommes-nous sur la voie  des chamboulements généralisés intervenus en Syrie, en Irak, en Egypte et en Libye ?... Tout porte à le croire puisque le hirak commence à s'étendre à d'autres villes qui ont connu elles aussi de violents affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre.

    

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.