© majedalesa | ماجد العيسى

 

      Trois femmes en niqab viennent de provoquer une mini tempête en Arabie Saoudite en diffusant une vidéo d'elles mimant "effrontément " le quotidien des hommes.

      La vidéo "Hawages" ( qu'on peut traduire en français par "barrières ou "interdictions" ) montrent quelques femmes tout de noir vêtues chantant, dansant, jouant au skateboard et au basketball devant le regard réprobateur de deux moustachus.

      Les deux hommes, eux, apparaissent un instant devant leur avion valise à la main prêts à s'envoler vers d'autres cieux et dans une autre séquence au volant de leur voiture. Une image les accompagnant, celle du Président américain nouvellement élu Donald Trump en est donnée comme le symbole d'une islamophobie provoquée.

      Le contraste des scènes est saisissant: Il montre deux modes de vie différents, celui des hommes libre et celui des femmes plein d'interdits, l'un et l'autre devant être égaux dans le meilleur des mondes.

      Dans une société patriarcale, rétrograde, minée par des traditions ancestrales qui n'ont souvent rien à avoir avec l'Islam, cette vidéo est vue comme un pieds de nez à l'endroit des conservateurs qui voient d'un mauvais oeil une telle provocation.

     Au Royaume hachémite, les femmes souvent drapées de haut en bas comme dans un linceul n'ont même pas le droit de découvrir entièrement leur visage et encore moins leurs cheveux. Elle n'ont pas non plus le droit de conduire sous peine d'être arrêtées par la police des moeurs, la muttawa ( en arabe : مطاوعة) ou officiellement la hay'ah ( هيئة ).

     Devant tant d'absurdités et d'injustices, il faudrait de temps en temps faire cette piqure de rappel à nos bonhommes du royaume hachémite qui s'enfoncent dans le ridicule : Khadija, la femme du Prophète que la Paix soit sur lui, montait à cheval et faisait du commerce avec et parmi les hommes sans même porter de voile.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.