Des relents de racisme en Corse

Depuis une semaine la Corse baigne dans une ambiance de chasse à l'homme visant les Arabes et les musulmans. Des exemplaires du Coran ont été brûlés et une salle de prière saccagée. Aux cris d' "Arabi Fora" ( Arabes dehors), "Tuez-les", "Mort aux Arabes", des manifestants ont tenu à exprimer leur solidarité avec deux pompiers et un policier qui auraient été agressés par un groupe de jeunes.

L'Histoire du drapeau corse. © CorsicaNustrale

  

   Jusqu'à maintenant, on ne connaît ni les raisons ni les circonstances exactes de cette supposée agression ( l'histoire telle qu'elle nous est relatée n'est pas nette, il faut en convenir) dont auraient  été victimes deux pompiers et un policier dans l'exercice de leurs fonctions.

   Tout ce qu'on sait à ce stade, c'est que les agresseurs présumés étaient plus d'une dizaine, étaient encagoulés, et quelque invraisemblable que cela puisse être, étaient visiblement munis de battes de baseball et de clubs de golf (!!). 

   Ce qui du reste est surprenant aussi c'est que pour une intervention de routine sur un départ de feu, généralement ce sont une dizaine de véhicules des pompiers escortés par un ou deux véhicules de police qui se déplacent sur les lieux.

    Les médias officiels ne nous fournissent pas plus de  détails pour mettre un peu de lumière sur cette affaire. De plus, on se demande pourquoi le policier qui ne devait être en aucun cas tout seul dans son véhicule n'a pas fait usage de son arme pour se défendre et défendre les pompiers.

    Plusieurs autres points restent à éclaircir  sur ce qu'on a pu qualifier de guet-apens tendu aux pompiers. Cela étant, cette présumée agression ( on n'a pas vu les agressés non plus, juste des vitres cassées par on ne sait par qui !) si elle a bien eu lieu ( l'épisode de l'instituteur soi-disant agressé par un membre de Daesh nous pousse à la prudence en même temps) n'est ni admissible ni acceptable.

    On n'agresse bien évidemment pas impunément des agents de l'état qui ne faisaient dans ce cas bien précis que leur devoir de protection des personnes et des biens. 

    Si cette histoire est vraie, les auteurs présumés de cette supposée agression doivent être apprehendés et jugés pour les actes qu'ils auraient commis. Cela est absolument indiscutable.

    Les comportements de voyous qui peuvent se manifester par des incivilités ou par des actes de violence doivent être sévèrement réprimés. Cela va de soi.

    De même qu'il faut poursuivre en justice ceux qui ont saccagé une salle de prière, ceux qui ont brûlé des exemplaires du Coran, ceux qui ont proféré dans la foulée des appels au meurtre des Arabes et qui ont scandé des messages de haine contre la communauté maghrébine.

    S'en prendre à des gens qui ne peuvent en aucun cas être rendus responsable du comportement isolé d'un petit groupe de délinquants est aussi inadmissible dans un état de droit et ne saurait été excusé sous aucun prétexte.

   Plusieurs médias français ont qualifié à juste titre de ratonnades la ruée des manifestants vers les quartiers habités par les Maghrébins.

   Malheureusement les actes racistes qui font un peu la mauvaise réputation de l'Île de Beauté ne datent pas d'aujourd'hui. 

Racisme en Corse - Archive INA © Ina Société

    Il faut préciser qu'une partie des Corses ( pas tous heureusement) supporte mal la présence de Français d'origine arabe dans l'Île.

  Pourtant il serait utile de rappeler à nos amis Corses que c'est grâce en grande partie aux  tirailleurs marocains que la Corse a été libérée des Allemands en 1943.

  Certains ont malheureusement la mémoire courte. Les croisades et la haine des Maures sont encore présentes dans leurs esprits.

Corse : racisme anti maghrébin mis à jour © Ina Société

   

  Nb: Nous exprimons bien évidemment en même temps nos messages de solidarité aux pompiers et au policier 

   

   

   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.