Ramzi KEBAILI
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2019

Les Gilets Jaunes face à l'Europe: fric, RIC, Frexit?

Les revendications écologiques, sociales et démocratiques des Gilets Jaunes sont manifestement incompatibles avec le cadre de l'UE. Et elles sont tout autant incompatibles avec un État autoritaire et policier, qui usurpe la souveraineté à son profit. Reste à inventer un nouveau modèle de souveraineté populaire et inclusive.

Ramzi KEBAILI
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mardi 9 avril, la Bourse du Travail parisienne accueille un débat sur les Gilets Jaunes face à l'Europe. Cet intérêt croissant pour la question européenne s'est également manifestée lors de « l'assemblée des assemblées » les 5-7 avril à Saint-Nazaire, où la dénonciation des traités européens a « fait l'unanimité »1

Le soulèvement des Gilets Jaunes est celui des classes populaires dont les conditions de vie ont été rendues insupportables par des décennies d'austérité : hausse des prix pour tous les produits de base, baisse des salaires, fermeture de services publics essentiels comme les écoles ou les maternités2... La dimension écologique a été rapidement intégrée aux revendications, en raison des conséquences concrètes sur notre santé de la prolifération de produits toxiques, comme le glyphosate ou les perturbateurs endocriniens. Le constat que tous les présidents élus avaient renié leurs promesses écologiques et sociales, aussi timorées fussent-elles, a conduit à l'exigence d'un contrôle strict du mandat des élus et d'un Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC) pour pouvoir les révoquer, ainsi que pour soumettre des mesures écologiques et sociales concrètes.

Or, toutes ces mesures sont incompatibles avec le carcan de la monnaie unique européenne, ainsi qu'avec la libre circulation des marchandises et des capitaux imposée par l'Union européenne. Comment instaurer des normes sociales, sanitaire et environnementales dans le cadre d'un marché unique fondé sur la concurrence libre et non-faussée ? Comment mener une politique économique si on ne contrôle même pas notre monnaie ? Dans ces conditions, même si le Frexit reste âprement débattu, il n'est guère étonnant qu'il ait été donné majoritaire chez les Gilets Jaunes, au détour d'un sondage sur le RIC3. Étant donné l'actuel chaos économique, il est d'ailleurs possible que l'UE se disloque d'elle-même, et il faut donc à tout le moins anticiper ce scénario.

Mais affirmer l'imminence d'un Frexit ne suffit pas : il n'y a pas qu'une mais plusieurs sorties possibles, dont le contenu doit impérativement être déterminé par des débats populaires : quelle politique écologique et sociale mener une fois devenus indépendants ? La dette aux marchés financiers doit-elle être remboursée ? Est-il acceptable de laisser mourir des milliers de migrant.e.s en Méditerranée au nom de la défense des frontières européennes ? Toutes ces questions doivent être débattues dès à présent. Notons surtout que la tendance dominante au sein des Gilets Jaunes, tout en étant résolument hostile à l'UE, n'est pas celle du logiciel « souverainiste » traditionnel4. Trop souvent, les courants « souverainistes-autoritaires » ont en effet confondu la souveraineté populaire avec la défense des institutions de l'actuelle République, et ont soutenu au nom d'une supposée « unité nationale » bien des lois liberticides.

Or, dès le départ, les manifestations des Gilets Jaunes possédaient une forte dimension bigarrée et anti-autoritaire. Et la répression épouvantable5, les centaines de blessé.e.s, les 23 yeux crevés, les 5 mains arrachées, l'assassinat de Zineb Redouane que nous n'oublierons jamais, toutes ces atrocités semblables à celle déjà expérimentées par les banlieues populaires6, ont définitivement prouvé que les institutions autoritaires de la République n'étaient plus du côté de l'intérêt général. Nous vivons sous un État fort face aux petites gens, mais faible face aux forces de l'argent. Les Gilets Jaunes appellent eux à inventer une nouvelle forme de souveraineté, à la fois populaire et inclusive, qui réunirait l'ensemble des citoyen.ne.s.

Ramzi Kebaïli

Auteur de: Quittons l'Europe ! Pour une souveraineté populaire et inclusive

[1] https://www.mediapart.fr/journal/france/060419/saint-nazaire-les-gilets-jaunes-denoncent-la-mascarade-des-elections-europeennes

[2] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/02/01/deux-tiers-des-maternites-ont-ferme-en-france-en-quarante-ans_5250322_4355770.html

[3] https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-le-referendum-dinitiative-citoyenne/

[4] https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/271015/aux-sources-de-la-nouvelle-pensee-unique-enquete-sur-les-neorepublicains

[5] https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/allo-place-beauvau-cest-pour-un-bilan

[6] https://bastamag.net/webdocs/police/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN