Les Gilets Jaunes face à l'Europe: fric, RIC, Frexit?

Les revendications écologiques, sociales et démocratiques des Gilets Jaunes sont manifestement incompatibles avec le cadre de l'UE. Et elles sont tout autant incompatibles avec un État autoritaire et policier, qui usurpe la souveraineté à son profit. Reste à inventer un nouveau modèle de souveraineté populaire et inclusive.

Mardi 9 avril, la Bourse du Travail parisienne accueille un débat sur les Gilets Jaunes face à l'Europe. Cet intérêt croissant pour la question européenne s'est également manifestée lors de « l'assemblée des assemblées » les 5-7 avril à Saint-Nazaire, où la dénonciation des traités européens a « fait l'unanimité »1

56744713-2091157237649817-4682022546055364608-n

Le soulèvement des Gilets Jaunes est celui des classes populaires dont les conditions de vie ont été rendues insupportables par des décennies d'austérité : hausse des prix pour tous les produits de base, baisse des salaires, fermeture de services publics essentiels comme les écoles ou les maternités2... La dimension écologique a été rapidement intégrée aux revendications, en raison des conséquences concrètes sur notre santé de la prolifération de produits toxiques, comme le glyphosate ou les perturbateurs endocriniens. Le constat que tous les présidents élus avaient renié leurs promesses écologiques et sociales, aussi timorées fussent-elles, a conduit à l'exigence d'un contrôle strict du mandat des élus et d'un Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC) pour pouvoir les révoquer, ainsi que pour soumettre des mesures écologiques et sociales concrètes.

Or, toutes ces mesures sont incompatibles avec le carcan de la monnaie unique européenne, ainsi qu'avec la libre circulation des marchandises et des capitaux imposée par l'Union européenne. Comment instaurer des normes sociales, sanitaire et environnementales dans le cadre d'un marché unique fondé sur la concurrence libre et non-faussée ? Comment mener une politique économique si on ne contrôle même pas notre monnaie ? Dans ces conditions, même si le Frexit reste âprement débattu, il n'est guère étonnant qu'il ait été donné majoritaire chez les Gilets Jaunes, au détour d'un sondage sur le RIC3. Étant donné l'actuel chaos économique, il est d'ailleurs possible que l'UE se disloque d'elle-même, et il faut donc à tout le moins anticiper ce scénario.

Mais affirmer l'imminence d'un Frexit ne suffit pas : il n'y a pas qu'une mais plusieurs sorties possibles, dont le contenu doit impérativement être déterminé par des débats populaires : quelle politique écologique et sociale mener une fois devenus indépendants ? La dette aux marchés financiers doit-elle être remboursée ? Est-il acceptable de laisser mourir des milliers de migrant.e.s en Méditerranée au nom de la défense des frontières européennes ? Toutes ces questions doivent être débattues dès à présent. Notons surtout que la tendance dominante au sein des Gilets Jaunes, tout en étant résolument hostile à l'UE, n'est pas celle du logiciel « souverainiste » traditionnel4. Trop souvent, les courants « souverainistes-autoritaires » ont en effet confondu la souveraineté populaire avec la défense des institutions de l'actuelle République, et ont soutenu au nom d'une supposée « unité nationale » bien des lois liberticides.

Or, dès le départ, les manifestations des Gilets Jaunes possédaient une forte dimension bigarrée et anti-autoritaire. Et la répression épouvantable5, les centaines de blessé.e.s, les 23 yeux crevés, les 5 mains arrachées, l'assassinat de Zineb Redouane que nous n'oublierons jamais, toutes ces atrocités semblables à celle déjà expérimentées par les banlieues populaires6, ont définitivement prouvé que les institutions autoritaires de la République n'étaient plus du côté de l'intérêt général. Nous vivons sous un État fort face aux petites gens, mais faible face aux forces de l'argent. Les Gilets Jaunes appellent eux à inventer une nouvelle forme de souveraineté, à la fois populaire et inclusive, qui réunirait l'ensemble des citoyen.ne.s.

Ramzi Kebaïli

Auteur de: Quittons l'Europe ! Pour une souveraineté populaire et inclusive

[1] https://www.mediapart.fr/journal/france/060419/saint-nazaire-les-gilets-jaunes-denoncent-la-mascarade-des-elections-europeennes

[2] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/02/01/deux-tiers-des-maternites-ont-ferme-en-france-en-quarante-ans_5250322_4355770.html

[3] https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-le-referendum-dinitiative-citoyenne/

[4] https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/271015/aux-sources-de-la-nouvelle-pensee-unique-enquete-sur-les-neorepublicains

[5] https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/allo-place-beauvau-cest-pour-un-bilan

[6] https://bastamag.net/webdocs/police/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.