Rangzen
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2021

Ama Adhe « la voix qui se souvient de tous ceux qui n’ont pas survécu »

En 1997, elle a publié un livre intitulé « Ama Adhe : The Voice that Remembers: The Heroic Story of a Woman’s Fight to Free Tibet », décrivant les conditions pénibles de prison chinois, comme elle en avait fait la promesse à des codétenus au cas où elle survivrait et malgré l’interdiction chinoise, elle tenait à témoigner pour les « morts et les vivants ».

Rangzen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ama Adhe « la voix qui se souvient de tous ceux qui n’ont pas survécu » s’éteint le matin du 03 août 2020, dans sa ville d’exil à Dharamsala à l’âge de 88 ans, en ce jour de pleine lune du 6ème mois de l’année royale tibétaine de la souris de fer 2147.

© Tibet Oral History Project, 2014

Adhe Tapontsang est née à Nyarong, dans la province du Kham, de père Dorjee Rabten et de mère Sonam Dolma en 1932. Juste après son mariage, survient l’invasion chinoise du Tibet. En 1954, alors que son premier enfant est âgé d’un an, et qu’elle est enceinte, son mari meurt empoisonné sous ses yeux. Elle rejoint la résistance tibétaine des Khampas.

En 1958, Ama Adhe est arrêtée et séparée de ses 2 jeunes enfants. Elle est soumise à des interrogatoires et des tortures, et condamnée à la rééducation par le travail forcé dans les laogai où elle connaît des privations extrêmes et des conditions inhumaines de détention pendant 27 ans. Dans la prison appelée Changshita, elle se trouvait avec 300 autres prisonniers, parmi lesquels seuls quatre, dont elle-même, ont survécu à cette épreuve de trois ans. Les autres sont mortes de faim et de mauvais traitements en prison.

En 1987, elle s’enfuit du Tibet pour le Népal, puis s’installe en Inde à Dharamshala où elle s’occupe des nouveaux arrivants du Tibet.

En 1997, elle a publié un livre intitulé « Ama Adhe : The Voice that Remembers: The Heroic Story of a Woman’s Fight to Free Tibet », décrivant les conditions pénibles de prison chinois, comme elle en avait fait la promesse à des codétenus au cas où elle survivrait et malgré l’interdiction chinoise, elle tenait à témoigner pour les « morts et les vivants ».

Tout au long de sa vie en exil, elle a activement raconté les histoires de la vie sous l’occupation chinoise et des milliers de prisonniers tibétains qui sont morts sous l’oppression chinoise.

A Dharamsala, elle a également continué à s’occuper des enfants du centre de réfugiés et les a aidés à exprimer leur traumatisme par le dessin.

En 1999, Ama Adhe est invitée à témoigner en France au Sénat. Elle rencontre également Lionel Jospin, alors premier ministre, et Jack Lang membre du gouvernement. Elle a aussi rencontré Danielle Mitterrand, Françoise Hostalier, Catherine Trautmann et Nicole Pery à l’occasion du colloque des femmes socialistes au Palais de la Mutualité à Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo