Rangzen
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

Rangzen
Abonné·e de Mediapart

Un chemin de retour

On ne peut pas ignorer le fait qu’à chaque nouvelle génération née en exil ou sous le joug de la domination chinoise, la lutte pour la libération du Tibet devient de plus en plus compliquée. L’histoire a montré que la haine et la violence ont la capacité vicieuse de confondre et de contaminer sa propre cause. Les véritables enjeux et l’origine du conflit sont alors occultés de façon frustrante.

Rangzen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au début, c’était simple. Lorsque les Tibétains sont descendus de l’Himalaya à la fin des années 1950 pour arriver en exile en Inde et plus tard, il n’y avait qu’une seule vision claire, ou un seul rêve : de retourner au Tibet.

Ce n’est plus si simple, il me semble.

Avec la profusion de pensées et de idées, entre Rangzen où l’indépendance pour le Tibet et l’autonomie est venue la confusion. Les chemins sont devenus brumeux et alambiqués, empiétant sur les buissons épineux d’opinions et d’attitudes divergentes. Même pour beaucoup des militants de longue date, la situation est peut être déstabilisante. N’ayons pas honte de dire qu’il y a eu des moments où nous avons été poussés bout de notre raison, après des heures de lutte contre des émotions contradictoires.

Je réfléchis, j’essaie et je me pousse. Il se peut qu’il y ait, qu’il y ait tout simplement quelque chose, quelque chose que nous avons tous manqué depuis le début. C’est là, à l’horizon, à la périphérie de nos pensées, juste hors de portée. Et ce quelque chose, ce quelque chose d’insaisissable, serait la potion magique, la solution pour notre cause.

J’ai souvent souhaité qu’il y ait un endroit où aller, où je pourrais trouver des réponses à mes interrogations. Oui, malheureusement, trouver des réponses aux questions prend du temps et est parfois est un processus tout aussi frustrant. Je fouille le net, les bibliothèques, les livres, tout ce qui est à ma portée. Je parle, je discute des idées, j’écoute les autres. Je suis l’actualité, j’assiste à des réunions et des séminaires, et je participe à des discussions et des conférences.

Et je continue à fouiller.

Comme disait Victor Hugo, « L’exil est une espèce de longue insomnie ».

Personne qui lira ceci ne saura si j’ai les yeux rouges et gonflés par le fait que j’ai passé trop de temps à me débattre avec trop de choses différentes.

Personne ne verra si j’ai des nuits blanches alors que trop de pensées me trottent sans cesse dans la tête.

Et pour tout cela, est-ce que je semble plus près de trouver une réponse ?

Je me souviens d’un poème de Rabindranath Tagore que j’ai lu il y a longtemps, intitulé « Ekhle Cholo Re » :

Si la nuit noire apporte le tonnerre et la tempête à la porte

Alors laisse la foudre allume la lumière en vous seul pour briller sur le chemin

Si personne ne répond à votre appel

Alors marchez seul

On ne peut pas ignorer le fait qu’à chaque nouvelle génération née en exil ou sous le joug de la domination chinoise, la lutte pour la libération du Tibet devient de plus en plus compliquée. L’histoire a montré que la haine et la violence ont la capacité vicieuse de confondre et de contaminer sa propre cause. Les véritables enjeux et l’origine du conflit sont alors occultés de façon frustrante. Les chemins se tordent lorsque la violence introduit son propre enchevêtrement de concepts.

Même si les actes de violence peuvent faire les gros titres et attirer un moment d’attention internationale, ils n’apportent jamais une aide ou une sympathie substantielle à la cause d’un peuple. Si l’on regarde la lutte tibétaine, c’est là que les Tibétains ont réussi jusqu’à présent.

La cause tibétaine à une grande sympathie parmi les gens grâce à la voie non-violente que nous suivons. Cela montre que, malgré le bruit et la fureur qui accompagnent les actes de violence, c’est après tout un outil des politiquement faibles. Il ne fait rien pour atteindre des objectifs solides et durables.

Ce que les Tibétains ont présenté au monde c’est l’idée extraordinaire d’une nation entière, et pas seulement des individus, de résister à la violence et à la terreur pacifiquement. Ce n’est pas un concept nouveau en soi, mais c’est celui qui a été soumis à l’épreuve la plus dure de toutes. La base de la philosophie politique du Dalaï Lama a le potentiel de devenir un nouveau paramètre dans ce monde déchiré par les conflits, où la guerre est encore considérée par une minorité et puissante comme un outil de résolution des conflits. Une solution pacifique à la question du Tibet établirait une ligne directrice pour l’avenir, une feuille de route pour la paix par des moyens pacifiques dans notre monde.

Et peut-être pour les Tibétains un chemin de retour.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada