Sept figures de l’intelligentsia tibétaine arrêtées

Ces derniers mois, des figures de l’intelligentsia tibétaine auraient été arrêtées sur des accusations d’atteinte à la sécurité de l’Etat – un terme très ambigu, souvent utilisé par la Chine contre les militants et les écrivains.

Ces derniers mois, selon les informations reçues par les Tibétains en exil, les autorités chinoises semblent avoir renforcé la répression et la détention d’écrivains tibétains, de militants, etc. au Tibet.

Dans la préfecture autonome tibétaine de Kardze, six Tibétains considérés comme éminents dans leur communauté ont été arrêtés au cours des dernières semaines, les raisons de leur arrestation étant inconnues.

Gangkye Drupa Kyab est un écrivain, poète, enseignant et père de deux enfants qui a été condamné en 2013 à cinq ans et six mois de prison pour « activités politiques ».

Drupa Kyab Drupa Kyab
Le 23 mars 2021, Gangkye Drupa Kyab, également appelé ‘Gangme Thak’, a été de nouveau arrêté à Sertha et le gouvernement chinois n'a donné aucune raison valable pour son arrestation.

Écrivain et militant écologiste, Sey Nam a été arrêté le 2 avril également.

L’activiste tibétaine et ancienne prisonnière politique Tsering Dolma, qui avait déjà été détenu au moins deux fois auparavant, en 2008 et 2012 a été de nouveau arrêtée.

Le militant politique Gangbu Yudrum a été placé en détention le 22 mars. Yudrum avait déjà purgé une peine de trois ans de prison à partir de 2008 pour son rôle dans une manifestation au cours de laquelle il avait brandi le drapeau national tibétain interdit et appelé au retour au Tibet du chef spirituel tibétain en exil, le Dalaï Lama.

Go Sherab Gyatso un intellect tibétain détenu arbitrairement par les autorités chinoises. Dont le lieu et les conditions de détention restent toujours inconnus.

Go Sherab Gyatso, un résident de Ngaba, éminent érudit tibétain connu pour son activisme redoutable et ses opinions franches, avait été arrêté sans explication le 26 octobre dernier à Chengdu.

Go Sherab Gyatso Go Sherab Gyatso
Il s’agit de sa quatrième détention connue en plus de deux décennies. Les autorités chinoises ont demandé à sa famille et à ses proches au Tibet de ne pas parler de sa détention, sous peine de s'exposer à de lourdes sanctions pénales. Gyatso est toujours détenu au secret dans un lieu tenu secret.

Mi-mars 2008, il faisait partie des 47 Tibétains originaire de Ngaba, dont des laïcs et des moines étudiant aux monastères de Sera et de Drepung, qui ont été arrêtés à la suite d’une manifestation le 12 mars à Lhassa. Le groupe est resté en résidence surveillée pendant un mois au monastère de Sera, puis a été détenu pendant 15 jours dans un centre militaire du canton de Nyethang, dans le comté de Chushur, dans la préfecture de Lhassa. Pendant plus de six mois, ils ont été détenus sans inculpation ni jugement.

En 2011, il a été nouveau arrêté à Siling (Ch : Xining) et emmené dans un centre de détention à Chengdu. Bien que la raison exacte de sa détention reste inconnue, son jeune frère Go Jigmey pense que la détention pourrait être liée au livre qu’il voulait imprimer à Siling.

En 2013 encore, il a été expulsé du monastère de Kirti après s'être opposé à un ordre du comité d'éducation du monastère, qui interdisait aux moines de publier tout écrit non approuvé par le conseil. Dans un essai intitulé « Can't Help Speaking Out » (Je ne peux pas m’empêcher de parler), il a tenté de persuader le comité d’annuler son ordre pour violation de la liberté d'expression.

Go Sherab Gyatso est un érudit et un intellectuel bouddhiste très respecté, auteur de huit livres depuis 1998 jusqu'à sa détention en 2008. Il avait appris le chinois pendant son emprisonnement en 1998.

*******

Les larmes du passé, par Gangkye Drupa Kyab

L’histoire des habitants de la neige

Quand j’y pense maintenant, je n’ai que des larmes.

Aucun moment de joie ne se présente dans nos cœurs

Quand nous ne faisons plus qu’avaler des larmes

Au milieu de l’histoire illusoire

Et de la guerre des rouges d’airain

D'innombrables vies tibétaines ont été perdues

Ah, cette souffrance !

Au milieu de la guerre du passé

Notre protecteur exilé derrière les montagnes de neige.

La terreur rouge piétine le peuple tibétain.

Qui peut supporter la perte actuelle ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.