Terre de nomades tibétains confisquées par la Chine pour créer de bases militaires

Depuis février 2021, les autorités chinoises auraient organisé des réunions et mis en garde les Tibétains contre la communication de la nouvelle de la relocalisation en menaçant les résidents d'une éventuelle suppression de toute compensation, ainsi que de sanctions.

Alors que les tensions avec l’Inde s’intensifient, la Chine transforment d’immenses territoires de prairies nomades en camps de base militaires.

Les nomades tibétains de Shigatse (གཞིས་ཀ་རྩེ།), du comté de Gampa (གམ་པ་རྫོང་།), du comté de Dingri (དིང་རི་རྫོང་།), du comté de Ngamring (ངམ་རིང་རྫོང་།), Ruthok (རུ་ཐོག་རྫོང་།) et Nyalam (གཉའ་ལམ་རྫོང་།) ont été invités à se déplacer et leurs territoires ont été utilisés pour construire des camps de base militaires, selon une source locale qui veut rester anonyme au Tibet.

screenshot-2021-05-17-forced-relocations-and-militarisation-of-border-regions-continue-in-central-tibet
Depuis février 2021, les autorités chinoises auraient organisé des réunions et mis en garde les Tibétains contre la communication de la nouvelle de la relocalisation en menaçant les résidents d'une éventuelle suppression de toute compensation, ainsi que de sanctions. La police chinoise a également mené des enquêtes sur les absences des membres de la famille, accompagnés par des villageois de haut rang.

Récemment, Agu Phuntsok, un nomade de Dingri âgé de 66 ans, a été arrêté pour avoir refusé de céder ses terres aux autorités chinoises.

« Je refuse de céder cette terre qui nous appartient depuis des générations pour que le gouvernement la transforme en base militaire », aurait déclaré Agu Phuntsok. Il n’a pas été vu depuis son arrestation il y a presque une semaine.

La Chine a demandé aux autres gouvernements provinciaux de poursuivre les politiques de réinstallation, à la suite du programme de réinstallation massive dans le cadre duquel des centaines de milliers de nomades tibétains du Tibet oriental ont été contraints de se déplacer à partir de 2006. Selon certains rapports, depuis 2011, la région autonome du Tibet (TAR), sous la juridiction de l’autorité centrale, prévoit de réinstaller les nomades au cours des dix prochaines années et a exhorté les Tibétains à céder leurs terres aux autorités chinoises en échange d’une promesse de compensation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.