RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

273 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2017

Ukraine : qui crimen prodest ?

La puissante machine de propagande US/OTAN s'est mise à l'œuvre pour dissimuler que ces incidents ont été provoqués par le pays le plus concerné et le plus hostile à un rapprochement US-Russie : l'Ukraine.

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(à qui profite le crime ?)

Ce vieil adage du droit romain a gardé toute sa pertinence. Appliqué avec rigueur, il permet souvent de déconstruire les propagandes gouvernementales et les manipulations médiatiques. A qui profitent les récents affrontements dans l'est pro-russe de l'Ukraine ? La question mérite d'être posée face au torrent de propagande diffusée à grands flots par la presse au service des intérêts US/OTAN.

Rappelons qu'avant et après son élection, D. Trump a annoncé son intention de normaliser les relations des USA avec la Russie, allant même jusqu'à envisager la levée des sanctions contre la Russie.

Quels sont les opposants à une telle politique ?

1) Une coalition guerrière au Congrès des USA dont le leader le plus éloquent est le sénateur républicain John McCain. Elle rassemble des républicains et des démocrates qui, avant même que débutent les évènements de 2014 en Ukraine, désignaient la Russie comme "la plus grande menace" ;

2) le complexe militaro-industriel américain et ses prolongements en Europe, toujours inquiets à la perspective de voir un conflit se terminer ;

3) l'OTAN dont la raison d'en perpétuer l'existence après la disparition de l'URSS est de conserver un ennemi russe au prix de multiples provocations dont la première fut de renier les engagements pris après l'effondrement de l'URSS de ne pas prolonger sa sphère d'influence au-delà de l'Allemagne réunifiée ;

4) certains pays de l'est de l'Union européenne qui entretiennent un climat revanchard à l'égard de la Russie ;

5) l'Union européenne, membre en tant que telle de l'OTAN depuis le traité de Lisbonne

6) enfin et surtout l'Ukraine, dont tout accord avec la Russie l'obligerait au minimum à respecter les accords de Minsk.

La Russie avait-elle intérêt à susciter les affrontements qui sont intervenus dans l'est de l'Ukraine depuis quelques jours ?

On sait que le bon sens et la logique ne président pas toujours aux choix politiques. Mais s'il est une qualité dont on peut créditer Vladimir Poutine, c'est d'une remarquable intelligence tactique.

Disposé à rencontrer les intentions affichées de D. Trump, connaissant les adversaires américains et européens d'un rapprochement entre les USA et la Russie, il n'avait aucun intérêt à ce que des incidents de cette nature surgissent avant même une première rencontre entre les deux dirigeants.

Néanmoins, tout étant possible dans le monde tel qu'il est, avançons l'hypothèse que c'est bien la Russie qui a provoqué ces récents incidents, avec comme raison, tester la détermination de Trump à ne pas tenir compte des opposants à son projet.

Cette hypothèse ne résiste pas à une réalité : Poutine sait parfaitement que Trump va avoir besoin du Congrès pour obtenir la ratification des décrets qu'il signe depuis qu'il a prêté serment. En effet, le droit public américain impose des limites strictes aux "executive orders" : (a) lorsqu'ils abrogent une loi (ex : Obama Care), cette abrogation doit être confirmée par une loi votée par le Congrès ; (b) ces décrets ne peuvent provoquer de dépenses nouvelles (ex : le mur contre le Mexique) ; (c) seul le pouvoir législatif peut modifier ou abroger un traité (ex : OTAN), (d) une loi du Congrès peut annuler un décret.  La Cour Suprême aussi. Un décret a moins de valeur qu'une loi. C'est ce que vient de rappeler avec éclat John McCain.

Trump va donc avoir besoin du Congrès alors que celui-ci est opposé de manière "bipartisane", comme on dit là-bas, à un rapprochement avec la Russie.

Poutine sait cela. En aucun cas, donc, il ne pouvait prendre le risque de faire un tel cadeau aux opposants américains à un rapprochement entre les USA et la Russie.

Donc, en aucune façon, le déclenchement des incidents ne pouvait être le fait de la Russie et des éléments pro-russes du Donbass qu'elle contrôle aujourd'hui plus que jamais.

La puissante machine de propagande US/OTAN s'est mise à l'œuvre pour dissimuler que ces incidents ont été provoqués par le pays le plus concerné et le plus hostile à un tel rapprochement : l'Ukraine. Un seul pays n'est pas tombé dans le piège : l'Allemagne dont les services de renseignement ont parfaitement identifié le rôle de Kiev.

Et Trump, piégé, n'a pu faire autrement que de suivre. D'où les déclarations de son ambassadeur à l'ONU.

Quant à la plupart des médias, sans effectuer la moindre analyse indépendante, ils véhiculent les mensonges fabriqués de toutes pièces par l'OTAN.

rmj

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO