mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 26 sept. 2016 26/9/2016 Dernière édition

Félicien Marceau : un ancien collabo devenu académicien

Ce romancier, essayiste, auteur dramatique, scénariste vient de décéder. Il semble que la plupart des médias aient décidé de passer sous silence pourquoi ce Belge a fui son pays en 1944. Le Monde, Le Parisien  et Le Point.fr écrivent pudiquement qu’il « s’est exilé en France ».

Ce romancier, essayiste, auteur dramatique, scénariste vient de décéder. Il semble que la plupart des médias aient décidé de passer sous silence pourquoi ce Belge a fui son pays en 1944. Le Monde, Le Parisien  et Le Point.fr écrivent pudiquement qu’il « s’est exilé en France ». Le Figaro est plus romantique : « À la Libération, les reproches fuseront de toutes parts et le jeune journaliste se verra contraint de s’exiler » laissant entendre que ces « reproches » concernent son emploi à la radio belge jusqu’en 1942. Même interprétation sur France Inter. Pas un mot de ce passé belge sur RFI ou dans Paris-Match. Libération.fr reprend les explications fournies par l’intéressé lui-même dans son livre de mémoires intitulé Les années courtes publié en 1968. Seule la critique littéraire Armelle Héliot fournit quelques informations moins flatteuses sur son blog.

La réalité mérite quand même d’être rappelée. Si Marceau (qui s’appelait alors Carette) a quitté la radio belge en 1942, c’est parce qu’il avait une autre activité : collaborer avec l’ennemi. Très proche de Rex, le parti fasciste présidé par Léon Degrelle (dont on a dit qu’il était « le fils qu’Hitler aurait aimé avoir » !), Carette-Marceau s’est illustré par ses activités antisémites et pronazies qui lui ont valu, en  janvier et octobre 1946, d’être condamné par contumace à 15 ans de travaux forcés par le Conseil de guerre de Bruxelles et d’être déchu de sa nationalité. Voilà pourquoi il avait fui la Belgique dès la libération du pays. Voilà pourquoi, après s’être caché en Italie, il est arrivé sous un nouveau nom en France et a obtenu la nationalité française en 1959.

Par la suite, il a indiqué qu’on lui reprochait quatre émissions à la radio belge favorables au IIIe Reich et présenté cela comme une « connerie » de jeunesse (il a 27 ans en 1940). De cette version très édulcorée, l’Académie française s’est contentée, préférant ne voir que le talent d’un écrivain. Aucun journal n’a indiqué que la nomination de Marceau à l’Académie française en 1975 a provoqué la protestation du poète, ancien résistant et académicien Pierre Emmanuel qui a démissionné.

Nous vivons des temps où certains veulent réhabiliter des collabos comme l’industriel Renault ou comme l’écrivain Brasillach. D’aucuns pensent qu’il faut séparer l’auteur de son œuvre et ne retenir que cette dernière. Comme si un artiste n’était pas imprégné de son vécu dans l’expression de son art ! Comme si un écrivain n’était pas d’abord un citoyen comptable de ses actes ! On ne peut pas en même temps appeler les jeunes générations au devoir de mémoire pour les crimes de masse commis par les nazis et oublier sinon réhabiliter ceux qui ont collaboré avec eux.

Raoul Marc JENNAR

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

"Très proche de Rex, le parti fasciste présidé par Léon Degrelle" 

Discours de Léon Degrelle le 16 Janvier 1943: "Nous sommes avec Hitler! Parce que, c'est la victoire d'Hitler, jaillira la rédemption de notre Peuple. Nous sommes avec Hitler, parce que nous croyons à la révolution Nationale-Socialiste, et que cette révolution amènera des centaines de millions d'hommes à un sort meilleur et à la justice sociale. Nous sommes avec Hitler, parce que nous croyons à son génie, et que de son génie sortira enfin, ce que les efforts dispersés de 20 peuples d'Europe pendant 1 000 ans, n'avaient pu réaliser encore............. C'est l'Europe de nos Pères que nous voulons enfin unie."

Léon DEGRELLE et HITLER © Jacques Lepatriote