RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

273 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 sept. 2015

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Le moment Varoufakis : une tentation dangereuse

Yanis Varoufakis est un homme remarquable et estimable. Un homme de conviction et de tempérament. Un homme qui sait de quoi il parle lorsqu’il s’agit d’économie et de finances. C’est sans nul doute parce qu’il était en capacité intellectuelle et morale de ne pas s’en laisser compter par les gangsters de l’Eurogroupe que les médias toxiques ont distillé de lui une image caricaturale destinée à le discréditer.

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Yanis Varoufakis est un homme remarquable et estimable. Un homme de conviction et de tempérament. Un homme qui sait de quoi il parle lorsqu’il s’agit d’économie et de finances. C’est sans nul doute parce qu’il était en capacité intellectuelle et morale de ne pas s’en laisser compter par les gangsters de l’Eurogroupe que les médias toxiques ont distillé de lui une image caricaturale destinée à le discréditer.

Son rôle dans le crise grecque – qui est d’abord et avant tout une crise de l’UE – et sa visite en France cet été, avec la captation médiatique réalisée autour de lui par deux personnalités de gauche qui, chacune à leur manière, se veulent atypiques, ont créé ce qu’on pourrait appeler « un moment Varoufakis ». Il se prolonge avec sa présence à la fête de L’Humanité ce prochain week end. Avec tout le respect que m’inspire la personnalité de Varoufakis, j’entends montrer les dangers de son propos. Surtout parce qu’ils inspirent des acteurs politiques français qui cultivent l’ambiguïté dès qu’il s’agit de l’UE.

Il s’est beaucoup exprimé ces derniers temps. Je retiens surtout son discours de Frangy en Bresse qu’il  a intitulé « Notre printemps d’Athènes » (23/8), un entretien à L’Obs (21/8) et un autre à la revue Ballast (1/9).

D’abord, il nous faut nous enrichir de l’expérience vécue par cet homme qui s’est retrouvé seul – les pantalonnades de Michel Sapin n’ont impressionné personne – face aux 18 autres membres de l’Eurogroupe. Il nous en a appris beaucoup sur cette réunion des ministres des finances de la zone euro dont les pouvoirs sont aussi grands que l’est son caractère totalement illégal. Quand Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroup (et par ailleurs membre du groupe de Bilderberg à l’initiative de bien des projets de démantèlement de l’Etat social et de soumission des peuples aux firmes privées), décide de convoquer une deuxième réunion de ce groupe sans la Grèce, l’avis juridique, fourni après la protestation de Varoufakis, apporta la précision suivante : « l’Eurogroupe n’existe pas dans le droit européen. C’est un groupe informel et par conséquent aucune règle écrite ne peut contraindre son président. » Ainsi donc, l’organe central de la zone euro, qui prend des décisions qui affectent lourdement nos politiques économiques et sociales, ne repose sur aucune forme de légalité. Cela s’appelle un coup d’Etat permanent.

Varoufakis nous a rappelé aussi que les premiers mot du sinistre Docteur Schäuble à la première réunion de l’Eurogroupe après la victoire de Syriza furent « les élections ne peuvent changer quoi que ce soit ». Une façon d’exprimer ce qu’un autre chrétien- démocrate, Jean-Claude Juncker, affirmait à peu près au même moment à un journal français : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». En clair, cela signifie, qu’il n’y a plus lieu de voter si ce n’est pour  manifester son accord avec tout ce qui est décidé par l’Union européenne. On oublie qu’un prédécesseur de Juncker, Romano Prodi, un ancien de Goldman Sachs, déplorait que « les gouvernements nationaux sont tributaires des cycles électoraux de leurs pays» (11.10.2000). Qui peut douter encore que le déni de démocratie soit la ligne de force des dirigeants européens ?

Enfin, Varoufakis a rappelé que les propositions de la Grèce – bien plus consistantes et sérieuses que ce que les médias toxiques ont raconté – n’ont jamais été examinées par les ministres des finances de l’Eurogroupe pas plus que son plan de 60 pages conçu avec la collaboration d’experts renommés des USA, de Grande-Bretagne, d’Allemagne ; un plan que Tsipras n’a pas osé envoyer aux autres premiers ministres des pays de la zone euro, par peur d’effrayer la Troïka. L’Eurogroupe et la Troïka n’avaient qu’un objectif : empêcher que le gouvernement Syriza réussisse et, par là-même, démontrer que les élections ne peuvent rien changer. Parce que l’Union européenne est un espace où il ne peut y avoir des choix contraires, du débat, des alternatives.  L’UE est un espace a-politique où triomphe le rejet  de toute alternative.

On saura gré à Varoufakis d’avoir partagé cette expérience qui conforte dans le concret un constat de plus en plus partagé : l’Union européenne est l’instrument du patronat destiné à étouffer la démocratie et à soumettre les peuples aux firmes privées.

Aussi, on sera d’autant plus étonné d’entendre, de la part de Varoufakis, des propos où il appelle à « démocratiser la zone euro », où il se présente comme un « Européaniste dévoué », où il proclame que « l’Europe est un tout indivisible », où il rappelle que « le gouvernement grec se considère comme un membre permanent de l’Union européenne et de l’union monétaire », où il répète que « les Allemands, les Grecs ou les Français n’existent pas ; nous sommes tous des Européens face à une crise éminemment européenne ».

Etrangement, celui qui dénonce de manière irréfutable la volonté de l’Eurogroupe d’empêcher toute alternative,  se résigne à affirmer lui aussi qu’il n’y a pas d’alternative : « une fois que vous avez créé une union monétaire, vous ne pouvez plus revenir en arrière en empruntant le même chemin à l’envers, car ce chemin n’existe plus. » Et d’en déduire qu’il n’est « pas favorable » aux propositions de Frédéric Lordon ou de Jacques Sapir et qu’il faut « réparer ce que nous avons ». 

Parce qu’il est Grec et appartient à une des nations fondatrices de la civilisation européenne, parce qu’il appartient à un petit pays victime, comme l’ont été d’autres en Europe, des grandes puissances qui ont fait la loi sur le continent pendant des siècles, parce qu’il y a un élément de fierté pour un peuple d’un petit pays à appartenir à une entité d’envergure mondiale, Varoufakis est viscéralement attaché au projet de l’Union européenne. Dont acte.

On regrettera toutefois qu’il écarte d’emblée, au nom du danger nationaliste et du risque de fragmentation de l’Europe, toute idée de construire une autre union des peuples d’Europe rendue possible seulement par la dénonciation des traités européens et de leur interprétation extensive par la Cour de Justice de l’Union européenne. Comme si les politiques de l’Union européenne  et les institutions conçues pour les mettre en œuvre ne constituaient pas aujourd’hui le plus grand danger de la renaissance du nationalisme et de l’opposition des peuples d’Europe entre eux. Le dogme de la concurrence qui met en compétition les peuples de l’UE, l’impossibilité inscrite dans les traités de toute harmonisation fiscale et sociale qui en est le corollaire, l’impuissance des peuples à encore décider de leur destin, tout cela fournit aux extrêmes-droites nationalistes et identitaires des arguments décisifs bien plus menaçants pour la cohésion de l’Europe.

Le discours de Varoufakis représente dès lors une tentation dangereuse parce qu’il entretient, une fois de plus, l’illusion qu’une autre UE est possible. Comme son crédit médiatique est grand, il capte l’attention de ceux qui, à gauche, entretiennent la confusion des esprits et brouillent à dessein leur message sur l’UE. Il retarde d’autant la prise de conscience à gauche de la nécessité de sortir de l’UE, non pas comme une fin en soi, mais comme le seul moyen de construire l’indispensable union des peuples qui le souhaiteront ; une union où, en lieu et place de la concurrence, la souveraineté populaire sera le principe moteur.

Raoul Marc JENNAR

10 septembre 2015

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat