RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

273 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2015

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Le "fief"

Le vocabulaire n’est jamais innocent. Et le choix des mots par les médias en fournit une illustration spectaculaire. Les mots utilisés appartiennent à un discours global qui conforte le système en place.

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le vocabulaire n’est jamais innocent. Et le choix des mots par les médias en fournit une illustration spectaculaire. Les mots utilisés appartiennent à un discours global qui conforte le système en place. Je n’invente rien. D’autres ont analysé le phénomène mieux que moi.

En ce jour d’élections, c’est à profusion que les médias parlent du «fief de Valls à Evry », du «fief de Hollande à Tulle », du « fief de Juppé à Bordeaux», du « fief d’Estrosi à Nice », du «fief de Bertrand à St-Quentin », etc.

Ce recours à un vocabulaire féodal signifie parfaitement ce qu’est devenue notre République : un agglomérat de baronnies où des élus font carrière, quadrillent l’électorat et l’entretiennent au prix d’un clientélisme rendu possible par des liens de plus en plus étroits avec le secteur privé. Tant il est vrai que le processus régionaliste entamé sous Mitterrand a recréé les féodalités de l’Ancien régime. Et les pouvoirs considérables conférés aux maires, présidents de conseil départemental, présidents de région en ont fait autant de barons, de comtes, de ducs. Un phénomène que la réforme territoriale va encore accentuer et nous aurons ce soir, en France métropolitaine, 13 grands ducs, jaloux de leurs prérogatives et attachés aux égoïsmes locaux.

A qui, ce soir, appartiendra le comté d’Artois ? A Robert III ou à sa tante Mahaut ? Pardon, à Xavier Ier ou à Marine ? Un décalque du  XIVe siècle. On appelle ça la modernité.

Ce n’est plus la République de la solidarité qui a inventé la péréquation, c’est une république des égoïsmes parce qu’elle est devenue morcelée et affaiblie ; une république de la concurrence. On se frotte les mains à Bruxelles. Tout ce qui affaiblit la République est le bienvenu à la Commission européenne.

Même si ce soir, il y a quelques pourcents de plus de votants, cela ne change rien à l’essentiel à savoir qu’au moins 20 millions des votants refusent d’apporter leur appui au système. Précisément, parce le système n’offre plus d’alternative et que l’alternance se réduit à changer le discours et les personnes sans changer les orientations politiques fondamentales.  La professionnalisation du mandat, la présence pendant 10, 20, 30 ans de la même personne à la tête d’une commune, d’un département ou d’une région, cumulée le plus souvent avec un mandat national, tout cela détourne du sentiment qu’il est encore possible d’infléchir le cours des choses et conforte l’idée que voter ne sert plus à rien.

L’usage médiatique d’un vocabulaire bien précis banalise une pratique qui est au cœur du comportement massif des électeurs inscrits qui ne votent plus.

Afin que plus personne ne soit le propriétaire d’un fief, une nouvelle féodalité est à abattre, celle des partis politiques. Face à la crise de la démocratie française, ils ne font pas partie de la solution. Ils sont le problème.

 rmj

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac