Sousdei tchnam thmei !

En langue khmère, cela veut dire "bonne année" ! Et oui, ici, à Phnom Penh, c'est le nouvel an khmer. Et, cette année, il saisit les survivants de la tragédie dont ils furent victimes, d'un sentiment particulier. Car le 15 avril n'est séparé que de deux jours de ce terrible 17 avril où il y a quarante ans, en 1975, les hommes de Pol Pot entrèrent dans Phnom Penh. Le début de près de quatre années d'horreur absolue. Dans l'indifférence totale de la "communauté internationale", le pays tout entier fut plongé, pendant trois ans, huit mois et  vingt et un jours dans une des plus atroces des barbaries. Ne jamais oublier jusqu'où peut conduire la négation de la dignité qui est en chaque être humain. Aussi, tout à la joie du nouvel an, ici, on se souvient.

rmj

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.