RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

273 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2020

L’UE et le vaccin contre le COVID 19

L’Agence européenne du médicament a décidé d’avancer d’une semaine la réunion prévue le 29 décembre pour se prononcer sur la validité d’un vaccin validé par les autorités sanitaires de la GB le 2 décembre et par celles des USA le 11 décembre. Bel exemple de la lourdeur de la bureaucratie européenne entravée par la collusion et la collision d'intérêts très privés.

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On s’est beaucoup gaussé, sur le continent, des propos du Premier Ministre britannique Boris Johnson quand il attribuait au Brexit et à la souveraineté retrouvée de la Grande-Bretagne la rapidité avec laquelle les opérations de vaccination ont pu commencer dans la grande île. Echappant à la lourde bureaucratie européenne, entravée par la collusion et la collision de multiples intérêts privés, la fière Albion a obtenu, sans retard, les certifications indispensables de son autorité nationale de santé.

Bien entendu, le chœur des eurolâtres, depuis Bruxelles, avec les relais européens de la presse bien pensante, s’est scandalisé, a hurlé à la démagogie et s’est ingénié à dévoiler tous les travers de la gestion de la pandémie par le locataire du 10 Downing Street. Comme si, dans les pays les plus touchés, dont la France, cette gestion avait été modèle transposable ! Comme si, en France, les prétendus observateurs qui ne sont que de pitoyables relais dociles d’intérêts qui les dépassent, pouvaient se targuer d’une quelconque légitimité à critiquer les autres, après avoir soutenu successivement et avec une fidélité exemplaire les décisions contradictoires et incohérentes de la présidence de la République, du gouvernement et des autorités sanitaires !

On a même vu une ONG basée à Bruxelles venir au secours des institutions européennes en expliquant laborieusement que les régulateurs – entendez l’Agence européenne du médicament – « font leur boulot » et qu'il faut être patient. Comme si l’intégrité et l’expertise de cette agence européenne étaient supérieures à celles de la GB ou des USA ! Un nouvel exemple des complaisances dont les ONG sont capables dès lors qu’il s’agit des institutions européennes qui … les financent.

Depuis le 8 décembre, on vaccine en Angleterre, mais aussi en Écosse, au pays de Galles et en Irlande du Nord.

Et qu’apprenons-nous ?

L’agence de presse allemande, Deutsche Welle, dans une dépêche du 15 décembre, soit 7 jours après le début de la vaccination outre-Manche, indique que l’Agence européenne du médicament a décidé d’avancer d’une semaine la réunion prévue le 29 décembre pour se prononcer sur la validité d’un vaccin validé par les autorités sanitaires de la GB le 2 décembre et par celles des USA le 11 décembre. Que voilà un grand effort ! Il fallait absolument éviter le ridicule d'institutions européennes qui portent déjà l'infamie d'exiger régulièrement des Etats membres des coupes dans les budgets de santé publique et des réductions de lits dans les hôpitaux.

Le vaccin américano-allemand sera donc, on peut le présumer, validé par Bruxelles, le 21 décembre. Trois semaines après Londres.

Comme chacun sait, il n’y a pas urgence en la matière et la santé des peuples des 27 Etats peut attendre les lenteurs, les lourdeurs et les collusions de la bureaucratie européenne.

Il paraît que la présidente de la Commission européenne espère que la vaccination puisse commencer encore en 2020. Attendons-nous à un grand show médiatique pour nous montrer la vaccination à Bruxelles de trois ou quatre personnes entre Noël et Nouvel An.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica