L'ENJEU DES MUNICIPALES

Personne ne peut nier l'impact national de ce deuxième tour des municipales là où il aura lieu. En fait, le véritable enjeu, au-delà des circonstances locales, est celui-ci : est-ce que le président aura des maires pour soutenir localement sa politique ?

Personne ne peut nier l'impact national de ce deuxième tour des municipales là où il aura lieu. En fait, le véritable enjeu, au-delà des circonstances locales, est celui-ci : est-ce que le président aura des maires pour soutenir localement sa politique ?

Toutes celles et tous ceux qui rejettent la transformation de notre pays vers le modèle anglo-saxon ultra-libéral et qui donc souhaitent affaiblir ce président nocif, doivent voter pour des candidat(e)s favorables à une vraie alternative démocratique, sociale et écologique au macronisme.

Ce qui veut dire deux choses : il faut voter et il faut voter pour des candidat(e)s qui ne pactisent pas avec LR ou LREM et encore moins avec RN (qui ne voit la convergence de ces trois formations politiques dès lors qu'il s'agit de finances, d'économie, de social et d'écologie ?)

Macron a horreur des élections. Macron a horreur de ce qui reste de démocratie en France. Il envisage de reporter les élections départementales et les régionales après les présidentielles pour ne pas avoir à se représenter après une défaite de son parti.

Ce deuxième tour des municipales pourrait bien être la dernière occasion, avant 2022, d'exprimer efficacement notre rejet des politiques qu'il met en oeuvre et qui sont toujours à l'inverse de ses discours, notamment en matière de santé publique, de pouvoir d'achat, d'écologie, de défense de la biodiversité et de lutte contre le changement climatique.

Il ne faut pas manquer cette occasion, le 28 juin, d'exprimer fortement le rejet de Macron, de LREM, de ces gens qui sont une véritable nuisance pour les "riens", pour les derniers de cordées, pour celles et ceux réduits à être de la chair à patrons et pour la terre de France.

Faisons barrage aux candidats affichés ou cachés de LREM. Ne les laissons pas entrer dans nos mairies !

Soyons conséquents. Ne nous contentons pas de râler. Faisons de notre bulletin de vote une arme de résistance ! Il y a des alternatives. Il n'y a pas de fatalité.

Il faut envoyer à Macron un "NON" digne du refus historique des Français lorsque la fatalité semble l'emporter.

RMJ

18 juin 2020

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.