RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

273 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2020

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

MACRON, UNE NUISANCE A CHASSER À TOUT PRIX

Le plan de transformation de notre société pour réaliser le modèle libéral anglo-saxon se poursuit : Macron entend privatiser quelles que soient les circonstances. Peu importe l'appauvrissement du peuple, peu importe la crise écologique, peu importe la pandémie. Jamais la France n'a été enfermée à ce point dans un carcan idéologique.

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quel crédit accorder à un Président de la République qui ne respecte pas lui-même les consignes qu'il ordonne aux Français ? Il s'autorise des dîners avec sa bande de coquins à l'Elysée qu'il interdit aux honnêtes citoyens dans leurs chaumières.

Quel crédit encore accorder à une parole publique faite en permanence de mensonges, de contradictions et d'incohérences ?

Ce type doit partir. Et la bande qui le soutient aussi.

Jamais un Exécutif n'a fait autant de mal à la France et aux Français.

Jamais un Président de la République n'a exprimé autant de mépris pour "les riens" que nous sommes; jamais les attentes profondes du peuple, conformes aux aspirations qui se sont exprimées en 1936, en 1944-45, en 1981, en 2005 n'ont été traitées avec une telle arrogance. Jamais, il n'y a eu autant de contradictions entre le discours officiel et la pratique gouvernementale, ce qui est encore une manière d'insulter l'intelligence collective.

Le plan systématique de transformation de notre société pour réaliser le modèle libéral anglo-saxon se poursuit : l'école publique, la santé publique, la culture, les autres services publics sont des cibles que Macron entend privatiser quelles que soient les circonstances. Peu importe l'appauvrissement du peuple, peu importe la crise écologique, peu importe la pandémie. Jamais la France n'a été enfermée à ce point dans un carcan idéologique.

Cet individu qui parle de transparence pour qu'on s'apitoie sur son médiocre sort dans la résidence somptueuse de La Lanterne oublie la transparence dès lors qu'il s'agit, dans le secret, de démanteler l'Education nationale, de fermer des lits d'hôpitaux, de privatiser EDF, la SNCF, l'Office des Forêts, les barrages et les routes nationales, de détruire les outils culturels et ceux qui leur donnent vie.

Combien de temps encore allons-nous supporter cela ? Quand allons-nous nous rassembler pour chasser ces gens-là, ces laquais du monde des affaires et de la finance, ces héritiers de Thiers, de Mac Mahon, de Pompidou, de Giscard, de Sarkozy et de Hollande ?

Vous n'en avez donc pas marre ? Vous ne percevez donc pas qu'on va se trouver à un tournant historique en 2022 ? L'histoire du terrible XXe siècle nous apprend que l''aveugle passion des acteurs et des partis politiques peut mener au pire quand ils sont incapables de se dépasser. Hitler ne serait pas arrivé au pouvoir si sociaux-démocrates et communistes allemands s'étaient alliés au lieu de se combattre. Le Pen ou Macron - la peste ou le choléra - seront au pouvoir après 2022 si, de Besancenot à Montebourg, on ne se rassemble pas sur un projet qui offre une vraie alternative démocratique, sociale et écologique aux politiques menées en France, par tous les gouvernements, depuis 1983.

Les pauvres vies individuelles ne sont rien si elles ne sont pas portées par un puissant mouvement populaire. Les partis politiques ne sont pas une fin en soi ; ils ne sont qu'un outil momentané pour réalisé des objectifs ponctuels.

Vous ne percevez donc pas que se rassembler, ce n'est ni se rallier à une personne, ni se replier sur une structure ?

Vous ne sentez donc pas que ce qui est en cause est des millions de fois plus important que les égos surdimensionnés de certains, la carrière politique d'autres ou l'existence d'un parti ?

Aucun homme, aucun parti n'a le monopole de l'aspiration démocratique, du patriotisme économique, de la justice sociale, de la transformation écologique. Alors, bon sang, rassemblez vous et réussissez ce que vous avez raté depuis notre victoire volée de 2005 !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame