Le projet de loi sur le Renseignement menace les libertés publiques !

Le projet de loi relatif au Renseignement, examiné à l’Assemblée nationale en procédure accélérée, cible toute forme de contestation des choix politiques nationaux, européens et internationaux et vise à étouffer tout débat sur des projets comme l'accord UE-Canada, l'accord UE-USA,  puisque l'article 1 vise à modifier l'Art. L. 811-3. du Code de la Sécurité Intérieure, en y intégrant ceci :

Le projet de loi relatif au Renseignement, examiné à l’Assemblée nationale en procédure accélérée, cible toute forme de contestation des choix politiques nationaux, européens et internationaux et vise à étouffer tout débat sur des projets comme l'accord UE-Canada, l'accord UE-USA,  puisque l'article 1 vise à modifier l'Art. L. 811-3. du Code de la Sécurité Intérieure, en y intégrant ceci :

« Art. L. 811-3. – Les services spécialisés de renseignement peuvent, dans l’exercice de leurs missions, être autorisés à recourir aux techniques prévues au titre V du présent livre pour le recueil des renseignements relatifs aux intérêts publics suivants :

« 1° La sécurité nationale ;

« 2° Les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France ;

« 3° Les intérêts économiques et scientifiques essentiels de la France ;

« 4° La prévention du terrorisme ;

« 5° La prévention de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous en application de l’article L. 212-1 ;

« 6° La prévention de la criminalité et de la délinquance organisées;

« 7° La prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique.

Projet de Loi à consulter ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl2669.asp

Ainsi donc en critiquant les choix européens et internationaux du gouvernement français, on risque d'être accusé de menacer "les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France".

Va-t-on être poursuivi parce qu'on dénoncera le caractère antidémocratique des institutions européennes, des traités européens, des accords de l'OMC, de l'adhésion à l'OTAN ?

Va-t-on être poursuivi lorsqu'on dénoncera la politique nucléaire de la France, d'EDF et d'Aréva ?

Le PS de Hollande-Valls-Cambadélis-Aubry, c'est la SFIO qui réprimait et condamnait les mineurs en grève, qui poursuivait les Français hostiles à la colonisation, qui adhérait à l'OTAN, qui offrait les secrets nucléaires à Israël.

On se trouve devant un texte pire que le Patriot Act de Georges W. Bush  ! Ce gouvernement PS qui tue tous les acquis sociaux s'en prend maintenant à nos libertés les plus fondamentales. C'est logique puisque pour imposer l'un, il faut s'attaquer à l'autre.

Qui ne voit l'usage qu'il font des évènements dramatiques pour en profiter ? Qui ne voit poindre le danger qui nous menace ? Qui ne voit la société que mettent en place les libéraux de droite et ceux qui osent encore se dire de gauche ?

Ne demeurons pas passifs. Tant que c'est encore possible de se révolter. Retrouvons la solidarité des Résistants. Refusons l'indifférence. Nous sommes tous concernés. C'est maintenant qu'il faut élever une protestation massive. Avant qu'il soit trop tard et que nous soyons enfermés dans une société digne d'Orwell. Rappelons-nous Martin Niemöller :

Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n'ai rien dit,
 je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n'ai rien dit,
 je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n'ai pas protesté, 
je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n'ai pas protesté, 
je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,

Et il ne restait personne pour protester.

rmj

(pourrai-je encore écrire de la sorte une fois cette loi votée ?)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.