RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

273 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2015

L'échec du Front de gauche

Ne nous leurrons pas, ce ne sont pas quelques succès d’estime ici ou là qui font une tendance générale. Force est de le constater, le Front de gauche est un échec.

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ne nous leurrons pas, ce ne sont pas quelques succès d’estime ici ou là qui font une tendance générale. Force est de le constater, le Front de gauche est un échec. C’est un échec, puisqu’il a été incapable d’offrir une alternative à gauche aux politiques de recul démocratique, de destruction sociale et de dégradation écologique des libéraux de droite comme des libéraux qui osent encore se prétendre de gauche. Alors que, comme jamais dans son histoire, le PS s’affirme comme le parti du monde des affaires et de la finance! Alors que comme jamais, un gouvernement issu et soutenu par le PS pratique une politique de droite, une politique qui répond même aux attentes de l’extrême-droite lorsqu’il s’agit de stigmatiser une population Rom pour ce qu’elle est – comme d’autres stigmatisent les Juifs ou les Arabes pour ce qu’ils sont!

Dans un tel contexte où dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement soutenu par le PS a accumulé les raisons de désespérer (adoption du TSCG/ pacte budgétaire, ANI, cadeaux somptueux aux banques et au MEDEF au travers de pactes de ceci ou de cela, loi Macron, privatisations, obéissance aveugle aux logiques antidémocratiques et ultralibérales de l’UE, soutien au gouvernement grec de droite avant qu’il perde les élections, asservissement à l’OTAN, soutien aux violations du droit international par Israël, soutien aux accords  UE-pays d’Afrique des Caraïbes et du Pacifique, UE-Canada et à la négociation du traité transatlantique, …), le désespoir ne se traduit pas par un vote positif pour les formations à la gauche du PS, mais par l’abstention ou le vote FN.

Cet échec a une explication : ces partis à la gauche du PS sont autant coupés du peuple que les partis dits de gouvernement. Ils font partie du système autant que ces derniers. Alors que c’est le système politique et économique qui doit être remis en question. 

Par leur mode d’organisation et de fonctionnement, par le fossé qu’ils incarnent eux aussi entre leur discours et leurs pratiques,  par leur manque total de crédibilité lorsqu’ils s’affichent aux côtés de ceux qui souffrent et qui luttent, que ce soit sur le terrain social ou écologique, les partis à la gauche du PS sont à l’image du système dominant.

Lors d’une de mes conférences contre le traité transatlantique, au moment du débat, une jeune intervenante m’a remercié pour les informations fournies et le décodage des enjeux en cause, mais ce qui m’a frappé, c’est ce qu’elle a ajouté ensuite, s’adressant aux organisateurs (le Front de Gauche). En substance, elle a déclaré  « c’est bien, mais la solution ne viendra pas de vous ; vous n’êtes pas l’avenir, vous les partis ; le changement viendra de ceux qui ne se laissent pas récupérer. » Cette jeune femme qu’on retrouvera sans doute à Notre-Dame des Landes, sur les ZAD, devant des centrales nucléaires ou aux côtés des précaires et des discriminés victimes du système, cette jeune femme a raison.  

 Qui peut prendre au sérieux un député qui vient, une heure ou deux, s’afficher au premier rang d’une manif pour faire croitre qu’il est solidaire de ceux qui luttent dans des combats difficiles et de longue haleine ? C’est aussi risible et pitoyable que Sarkozy tentant de rejoindre le premier rang du cortège de dirigeants venus à Paris défendre une liberté d’expression qu’ils répriment violemment chez eux.

Alors que la fin se trouve déjà dans les moyens utilisés pour y parvenir, les partis à la gauche du PS en sont toujours à pratiquer l’adage selon lequel « la fin justifie les moyens » et agissent en interne à l’inverse du discours et des propositions qu’ils avancent. Ils prônent un sursaut démocratique, une 6e République même, mais en interne, c’est toujours une oligarchie qui décide. Ils en appellent au peuple, mais rien, dans leurs pratiques, ne témoigne d’une confiance dans le peuple. Ils prétendent donner le pouvoir au peuple, mais c’est pour eux-mêmes qu’ils réclament le pouvoir. Leur autisme n'a d'égal que celui des partis dits de gouvernement.

Ils suscitent l’espoir (le NPA, le PG, et d’autres comme les Verts), et ils créent, par leurs pratiques, la déception. Or, pour la vie démocratique, rien n’est pire que l’espoir déçu. En décevant, les uns après les autres, les partis à la gauche du PS ont autant contribué au succès de l’abstention et du FN que l’UMP ou le PS.

Les partis à la gauche du P$ ne font pas partie de la solution ; ils font partie du problème. C’est la leçon que je tire d’une séquence de ma vie qui a commencé il y a dix ans, lorsque, dans la foulée de rassemblements citoyens comme ceux du Larzac (2000 et 2003), comme les forums sociaux, je combattais le TCE.  Cette séquence  se termine aujourd’hui.

Bourdieu avait raison.

Raoul M. Jennar

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar