RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

273 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juin 2020

Les leçons d'un récent sondage

Si chaque parti politique qui se réclame de la gauche veut être présent au premier tour des présidentielles, Macron sera réélu. Si un rassemblement autour d’un projet alternatif et de celle ou celui qui le portera est possible, l’espoir de fermer la parenthèse ouverte en 1983 est permis.

RAOUL MARC JENNAR
Essayiste, militant éco-socialiste, internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On le sait, il faut se méfier des sondages. Surtout lorsqu’ils concernent les intentions de vote ou la popularité des actrices et des acteurs politiques. Non pas parce que c’est ce qu’on dit systématiquement quand ils vous sont défavorables. Mais parce que l’indépendance politique des instituts de sondage en France doit être sérieusement questionnée, vu leurs propriétaires.

Il y a donc une suspicion légitime à l’égard de tels sondages. Quels critères méthodologiques adopter dès lors pour en tirer quand même des enseignements raisonnablement crédibles ?

Je crois que le premier critère est celui de la vraisemblance. Certes, cela revient à écarter des résultats qui « renversent la table », des informations surgies « contre toute attente ». Lorsque les résultats du sondage apparaissent comme vraisemblables aux plus indépendants des observateurs – pas ceux qui sévissent dans ces stations de radio ou sur ces plateaux de télé au service d’une idéologie, comme cela domine en France – il me semble qu’alors ces résultats méritent qu’on leur accorde du crédit. Cependant, comme parfois - rarement convenons-en - les résultats annoncés sont démentis ultérieurement par les faits, ce critère de vraisemblance ne peut être considéré comme absolu.

Dès lors, quel autre critère serait susceptible de consolider le précédent et de renforcer la vraisemblance des résultats annoncés ? J’ajouterai le critère de la récurrence. Lorsqu’un sondage vient répéter ce qui a déjà été observé à plusieurs reprises sur une période suffisamment longue, l’information produite mérite d’être prise en considération.

Le troisième critère, plus classique est celui de la représentativité de l’échantillon testé. C’est une donnée essentielle pour la validité du sondage. Dans le cas qui m’occupe, ce critère est rempli.

C’est en vertu de ces trois critères que je regarde les résultats du sondage réalisé par l’IFOP et publié le 22 juin. Je fais deux constats et je tire une conclusion. Mes constats :

A) J’observe que Macron et Le Pen sont dans un mouchoir de 26-28 % en fonction de la présence de l’un ou l’autre candidat LR qui, en tout état de cause, ne dépasse pas 12%. Cette première indication est-elle vraisemblable ? Oui, si en s’en réfère aux résultats de 2017 ; oui encore, si on se rappelle les résultats de sondages antérieurs. Mes deux critères sont rencontrés. La surprise vient toutefois du résultat de Macron dont les fautes, les erreurs et les échecs répétés auraient du affecter sa popularité. Il semble qu’il n’en soit rien et que demeure en France un bloc attaché à l’image créée en 2017. Tout indique que le scénario de 2017 risque sérieusement de se répéter, toutes choses restant égales par ailleurs. Avec pour conséquence la réélection de Macron. Car même si les chances de Le Pen risquent d’être plus grandes dans le climat de crise qui sera le nôtre, la peur de l’élection d’une héritière de Vichy jouera en dernier ressort en faveur de Macron.

 B) J’observe que l’addition de toutes les voix des formations qui s’affirment de gauche (LO, NPA, PCF, FI, PS) aboutit à 26,5 %, dans le meilleur des cas et si on y ajoute EELV, c’est-à-dire au niveau de la fourchette qui réunit les deux finalistes présumés. Ces anticipations confirment les tendances observées antérieurement depuis 2017 et sont tout à fait vraisemblables.

Ma conclusion : iI n’y a aucun candidat qui se réclame de la gauche qui puisse prétendre seul atteindre les 26%, seuil critique selon ce sondage pour espérer figurer au deuxième tour.

Un élément inconnu demeure : le taux de participation. Ce qui appelle immédiatement la question : qu’est-ce qui pourrait inciter les gens à aller voter et en faveur de qui ? A mes yeux, deux réponses sont possibles.

La première c’est la réponse de la peur. La peur de voir l’extrême-droite, avec tout ce qu’elle véhicule, l’emporter. Cette peur est tout à fait légitime. Même si on voit bien vers quelles dérives autoritaires et violentes évolue le macronisme pour imposer le néolibéralisme le plus dogmatique, dérives qui autoriseront plus encore qu’en 2017, à parler d’un faux choix entre la peste et le choléra. Cette peur assure la victoire de Macron.

La seconde, c’est la réponse de l’espoir. L’Histoire nous enseigne la formidable force mobilisatrice du rassemblement à gauche sur un projet alternatif hors duquel il n’y aurait eu ni 1936, ni 1981. D’ores et déjà, avant même qu’on en connaisse les résultats, la démonstration du 2e tour des municipales, c’est la dynamique du rassemblement à gauche. Seul un projet alternatif porté par un tel rassemblement convaincra de l’utilité de voter, après des décennies désespérantes où, quel que soit le vote, les mêmes politiques néolibérales étaient mises en œuvre. Seul ce rassemblement peut triompher de « l’à quoi bon » et faire revenir les abstentionnistes dans les bureaux de vote.

Si chaque parti politique qui se réclame de la gauche veut être présent au premier tour des présidentielles, Macron sera réélu. Si un rassemblement autour d’un projet alternatif et de celle ou celui qui le portera est possible, l’espoir de fermer la parenthèse ouverte en 1983 est permis.

Les dirigeants de tous les partis qui se réclament de la gauche portent aujourd’hui la responsabilité historique d’éviter que 2022 ressemble à 2017. Il dépend d’eux que l’après ne soit pas identique à l’avant.

RMJ

24 juin 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin