La paranoïa de Poutine s'aggrave

Au cours d'une réunion du Conseil Russe des Droits de l'Homme le 30 octobre 2017 le président Poutine a déclaré que des puissances étrangères recueillent en Russie du matériel biologique sur les habitants du pays pour des raisons obscures.

La réunion avait officiellement pour objet la politique publique de commémoration des victimes des répressions politiques et aussi des questions d'écologie et de défense de l'environnement..

Elle a commencé à dérailler quand le président de l'Institut Russe du Droit Electoral Igor Borissov a déclaré être inquiet du fait que lors des dernières élections du 10 septembre 2017 des images filmées prises dans les bureaux de votes avaient été visionnées plus d'un million de fois sur des ordinateurs situés à l'étranger: "Je m'inquiète que des images de mes concitoyens se retrouvent dans des mains étrangères et je m'interroge sur les raisons pour lesquelles elles s'y trouvent".

C'est alors que le président a repris: "Les images, ce n'est encore rien du tout, savez-vous que du matériel biologique est récolté dans tout le pays? Sur toutes sortes de personnes et d'ethnies vivant dans différentes régions de la Fédération de Russie. Et je me demande bien dans quelle intention. Cette récolte se fait systématiquement et professionnellement, les russes sont l'objet d'un très grand intérêt. Mais il faut considérer tout cela sans aucune crainte. Qu'ils fassent ce qu'ils veulent, nous ferons ce que nous avons à faire."

On remarquera l'emploi du "ils" symptômatique des délires paranoïaques.

L'ancien ministre de la santé Guennadi Onichtchenko a été le lendemain beaucoup plus clair sur la première chaîne russe quant à l'identité de "ils" : "Cette collecte de liquides corporels, d'organes et de tissus de nos concitoyens n'est rien moins que la preuve que les Etats-Unis n'ont pas cessé de développer leur programme militaire offensif".

Le biologiste généticien russe Mikhail Guelfand a réagi en déclarant que le pouvoir russe était victime de son ignorance, de sa confiance dans les marottes des services secrets et du climat d'obscurantisme qui règne en Russie. S'il s'agit de prélévement d'ADN, il est question d'un programme internationnal de recherche auquel la Russie participe et qui vise à reconstituer l'histoire du peuplement de la planète et des premières migrations. S'il s'agit d'ARN, alors il est question de programmes internationaux auxquels les russes participent aussi sur la médecine génétique et visant à mettre en évidence des prédispositions innées à certaines maladies.

Guelfand fait remarquer que s'il s'agissait de programmes secrets hostiles, il y a suffisamment d'immigrés russes de toutes les etnies et de toutes les régions aux Etats-Unis pour satisfaire les curiosités les plus malsaines et les plus mal intentionnées.

Cette remarque de bon sens n'est même pas venue à l'esprit de Poutine. Avec des paranoïaques incultes et agressifs de ce calibre, auxquels on peut ajouter Tramp, Erdogan ou Kim Jong-Un, la paix du monde est vraiment entre de bonnes mains.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.