"Le mariage est l'union d'un homme et d'une femme"

C'est un des articles de la nouvelle constitution russe sur laquelle les russes sont appelés à se prononcer le premier juillet prochain. Pour les y inciter une agence de propagande gouvernementale a sorti un clip particulièrement écoeurant.

Inutile de comprendre le russe pour saisir l'abjection de l'objet. Je résume néanmoins rapidement : dans un orphelinat un petit garçon attend la famille qui vient de l'adopter. Arrive un jeune et beau papa qui accompagne l'enfant jusqu'à une voiture ( de marque étrangère...) garée au pied des escaliers de l'orphelinat. En sort un second jeune homme. L'enfant demande "Où est ma maman ?" "C'est ta maman" répond le premier jeune homme. Comme le gamin à l'air un peu déçu la "maman" sort alors du coffre de la voiture une petite robe qu'elle agite avec un sourire malsain sous le nez de l'enfant comme si c'était le plus beau cadeau qu'elle pouvait lui faire. La directrice de l'orphelinat crache de dégoût.Voix off : "Si ce  n'est pas la Russie dont tu rêves, va voter en faveur de la révision constitutionnelle".

https://www.youtube.com/watch?v=D1Af5gMLhu4

Enfermé depuis trois mois au fond d'un bunker et confronté à l'effondrement de sa côte de popularité, Poutine ne pense qu'à accélérer le plébiscite qui lui permettra d'annuler ses quatre premiers mandats (en réalité cinq en comptant le mandat de Medvedev pendant lequel Poutine était un premier ministre tout-puissant) et donc de se représenter en 2024 pour six nouvelles longues années. La révision constitutionnelle, qui au passage élargit encore plus les pouvoirs du président et lui garantit une impunité éternelle, n'est donc qu'un prétexte. Pour être certain d'obtenir un score de dictateur on bourre le préambule d'articles tous plus creux et démagogiques les une que les autres : défendre la nature, la langue russe, l'intégrité territoriale, la foi en Dieu, les valeurs éternelles de la Russie contre les influences étrangères... D'où l'article inscrivant dans le marbre de la constitution que "le mariage est l'union d'un homme et d'une femme". D'où ce clip répugnant, produit par une agence de communication politique dirigée par le fameux "cuisinier de Poutine", Evgueni Prigozhine, déjà propriétaire de la célèbre "usine à trolls" de Saint-Petersbourg et de l'armée privée "Wagner" qui combat en Syrie, en Lybie et ailleurs.

Beaucoup en Russie s'étonnent de la précipitation dans laquelle est organisé ce plébiscite, alors que d'une part la Russie est un des pays les plus touchés par le covid-19, ce qui met en danger les personnes âgées, quasiment les seules à participer à ce genre de farces électorales qui leur rappellent le bon temps de l'Union Soviétique, et que par ailleurs tout le monde connaît le résultat du scrutin à l'avance. Les chiffres de la participation et ceux des résultats seront truqués comme d'habitude, comme ceux de la mortalité due au civid-19. Mais peut-être que Poutine pense qu'il sera plus facile de mater des troubles éventuels en invoquant la situation sanitaire.

Un mot pour finir sur l'orphelinat dont il est question dans le clip. La Russie est un des pays au monde où les abandons d'enfants sont les plus fréquents, pour des raisons diverses : misère économique, alcoolisme, sida, drogue, absence d'éducation sexuelle, viols, mariages précoces...Jusqu'en 2012 beaucoup d'orphelins ou d'enfants abandonnés, souvent lourdement handicapés, étaient adoptés par des familles américaines et européennes. Depuis cette date, en réponse aux sanctions prises par les Etats-Unis contre des fonctionnaires russes impliqués dans la mort en prison de l'avocat Sergueï Magnitsky, la Russie interdit l'adoption d'enfants russes par des couples étrangers. Ces enfants restent donc en Russie et les adoptions par des couples russes ne permettent pas de réduire significativement le nombre de ceux qui passent leur enfance dans des orphelinats. Sacrifiés aux manoeuvres géopolitiques pitoyables et la susceptibilité de celui qui devrait dans trois semaines devenir dictateur à vie de Russie

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.